Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 18
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0035
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
18 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

tellement entassés les uns sur les autres qu'ils s'élevaient à 0»>,70 ou
0ra,80 en hauteur dans l'une de ces chambres. Je faisais rapporter avec
moi chaque soir tous ceux qui avaient été trouvés dans la journée :
c'est que je m'étais aperçu précédemment que des fragments trouvés
dans des tombeaux divers pouvaient se raccorder ensemble et faire un
vase complet, sinon intact. Et de plus pour la circonstance présente,
comme j'opérais en un lieu parfaitement circonscrit, assez éloigné du
terrain où se trouvaient d'autres sépultures, j'avais tout lieu d'espérer
que l'on pourrait compléter un certain nombre de vases. L'on verra
plus loin que je ne me suis point trompé.

Les objets trouvés dans la partie supérieure de la couche de sable
qui recouvrait et remplissait les tombeaux étaient tous brisés, ils
étaient répandus dans cette couche à toutes les profondeurs ; mais ce-
pendant je dois dire qu'il semble qu'on en ait réuni un grand nombre
en un certain espace et qu'on les y ait ensablés pêle-mêle, sans s'inquié-
ter si les fragments se rapportaient, ou non, aux mêmes vases. Le fait
est que j'ai rencontré en de semblables endroits des vases que j'ai pu
compléter ou à peu près compléter; mais que la très grande, l'immense
majorité n'a pu être reconstituée. Certaines parties de ces vases se
sont trouvées en divers endroits non seulement de la couche supé-
rieure de sable et de décombres, mais encore des chambres inférieures.
Pour citer un exemple, je trouvai dès la première semaine du travail la
moitié du pied arrondi de la table d'offrandes en calcaire bleu dont je
n'ai pu réussir à trouver tous les fragments; puis j'en rencontrai cer-
taines autres parties dans la couche supérieure de sable, j'en trouvai
deux autres fragments dans les chambres 2/ et 23 de la première par-
tie du monument, et ce ne fut que dans la dernière quinzaine que je
rencontrai le morceau tout petit qui achevait le cercle du pied. Cet
exemple typique prouve donc péremptoirement que les innombrables
fragments rencontrés dans ce monument et au-dessus de ce monument
proviennent d'objets qui avaient fait partie de l'ameublement du tom-
beau.

V'ai rencontré aussi dans la couche de sable el de débris qui sur*
loading ...