Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 19
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0036
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 19

montait les murs de la tombe, non plus à l'état dispersé, mais réunis
ensemble une quantité prodigieuse de vases de toutes sortes, de toutes
formes et de toutes matières, si bien qu'à chaque instant on en trouvait
de nombreux fragments. Il y avait plusieurs de ces tas formés, mais
deux principalement, l'un au nord-est de la tombe, l'autre à l'ouest,
vers le milieu de la première partie. Aucun de ces fragments ne por-
tait la moindre trace qui fît présager la rencontre d'un tombeau in-
cendié, et les cassures montraient à qui voulait voir qu'elles s'étaient
produites par suite de coups violents appliqués sur des vases autrefois
intacts. Pour rester dans la vérité, je dois dire que la très grande ma-
jorité des fragments découverts dans ces deux tas se composait de
vases en calcaire schisteux et surtout en onyx ou albâtre d'Egypte;
les vases en marbre et surtout les vases en feldspath n'y figuraient que
pour un nombre minime. Au contraire, dans un troisième tas qui se
trouva au dessus de la chambre ayant reçu les corps dans la seconde
partie du monument, les fragments en marbre blanc veiné de bleu, ou
en marbre blanc veiné de noir, formaient l'immense majorité de ceux
qui s'y rencontrèrent. De même, au dessus des dernières chambres
ouest de la première partie on rencontra surtout des silex entiers ou
fragmentaires. De même enfin, pour les fragments de cristal de roche;
si bien que j'avais été amené par l'expérience à prédire à mes ouvriers
que, dans la chambre correspondant à l'endroit où ils trouvaient des
fragments de telle ou telle matière, était la masse d'objets semblables
que renfermait cette partie du tombeau. De fait, je ne me suis jamais
trompé. Les fragments composant ces divers tas mélangés avec le sable
qui avait été jeté par dessus avaient formé comme de véritables filons
dans une mine; mais dans mes fouilles, le minerai trouvé au lieu d'être
brut avait déjà reçu le travail de l'homme, travail admirable pour
1 époque, ayant produit des résultats dignes delà plus grande atten-
tion. C'est lorsque l'on tombait sur de semblables tas que je récoltais
jusqu à quatre-vingts couffes de débris que j'emportais le soir en ma
Maison.

Ce n'est pas seulement des fragments de vases que je rencontrai
loading ...