Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 42
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0059
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
42

LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

parti pris, mais ayant vu de très bonne heure la signification qu'ils pre-
naient, et c'est pourquoi aujourd'hui, après les avoir notés, assemblés,
coordonnés, étudiés et analysés, je dis simplement ce qui me paraît être
la vérité, sans parti pris, comme j'aurais soutenu l'opinion contraire, si
cette opinion contraire m'avait paru soutenable. De plus, j'ai été éclairé
par les découvertes de la troisième année et par l'identification que ces
découvertes m'ont permis de faire au sujet de la tombe qui m'occupe.
Si j'avais constaté que le tombeau que j'examine en ce moment eût été
incendié, qu'on n'y eût trouvé aucun vase intact ou complet, aucune pro-
vision de n'importe quelle sorte, j'aurais sans le moindre doute soutenu
l'hypothèse de M. de Morgan et ne me serais pas enquis d'autre chose;
mais comme je n'ai pas trouvé trace d'incendie, que j'ai rencontré au
contraire des vases intacts en petit nombre, il est vrai, et un fort grand
nombre de fragments dont la présence en certains endroits bien limités
plaide contre la théorie adverse; comme en plus j'ai rencontré des traces
non équivoques de la spoliation du monument par les Coptes, je le dis
comme je l'ai trouvé, et ce n'est pas ma faute si je ne puis adopter les
conclusions d'une hypothèse que rien ne me semble soutenir.

Le grand monument d'El-Khôr a donc été spolié par les moines coptes
unis aux indigènes d'Abydos, puisque j'ai trouvé des preuves matérielles
de leur passage, sans trouver quoi que ce soit qui puisse plaider une
contraire opinion. Mais ce n'est pas assez de pouvoir indiquer avec cer-
titude quels ont été les auteurs de la spoliation, je peux encore aller
plus loin et dire avec détails comment eut lieu la spoliation, comment
elle fut conduite et par où elle commença, et c'est ce que je vais tâcher
de faire avec le plus de détails possible provenant des observations que
j'ai faites au cours des fouilles, que je crois bonnes, sans empêcher per-
sonne de les trouver mauvaises.

Je crois tout d'abord que le monument était presque intact, qu'il était
facilement abordable lors de la spoliation et que les spoliateurs n'eurent
aucune peine à en trouver l'entrée parce qu'il était ouvert à ses deux
extrémités. Qu'il fût presque intact au moment de la spoliation, c'est ce
qu'il est permis de conclure de son intégrité actuelle : si je l'eusse
loading ...