Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 54
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0071
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
54

LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

tombes royales sans exception, les squelettes trouvés étaient renfermés
dans des caises en bois de cèdre ou de conifère ; pourquoi donc les
squelettes trouvés dans le plus beau tombeau de la nécropole auraient-
ils été dépourvus de cette particularité ? Au contraire les deux seuls
squelettes que j'ai rencontrés dans cet immense monument l'ont été au
fond de la seconde partie, sous les murs et près d'une salle manifeste-
ment désignée par sa construction extraordinaire à servir de salle d'en-
terrement, ou,pour m'exprimer autrement,en vue d'y déposer des corps.
Cette raison m'a paru péremptoire et j'ai abandonné l'idée première
qu'il pouvait y avoir deux tombeaux.

Mais le changement de plan et l'irrégularité de la construction ? Je
dois dire tout d'abord que cette irrégularité de construction existait
aussi bien dans la première que dans la seconde partie. En effet, pourvu
qu'on jette les yeux sur le plan total du monument tel que je le donne
ici, on s'apercevra facilement qu'il y a deux trapèzes adossés l'un à
l'autre. Le premier trapèze a une aire spéciale et aussi le second, mais
tous deux ont la forme trapézoïdale. D'où peut provenir cette différence ?
Elle provient selon moi de la forme même qu'avait l'immense fosse pré-
parée dans la montagne pour recevoir le monument. L'on ne saurait
s'attendre, à une époque aussi reculée que celle à laquelle remonte ce
tombeau, que les ouvriers chargés de préparer cette fosse aient pu la
creuserrégulièrement sur une étendue de plus de quatre-vingts mètres,
car on avait plus creusé encore en longueur qu'on n'a utilisé pour faire
le tombeau, et l'ouvrage fut tout d'abord irrégulier dans sa préparation.
Peut-être pourrait-on supposer aussi que la constitution géologique de
la montagne s'opposait à ce que le creusementpréparatoire fût régulier ;
mais je ne crois pas qu'on doive accorder grande attention à une sem-
blable raison : outre que le sol de la montagne ne semble pas et sans
doute nJest pas différent en cet endroit par sa constitution géologique
de ce qu'il est dans toute la région voisine d'Om el-Ga'ab et dans toute
celle d'El-Khor, car toute la nécropole offre la même constitution géo-
logiquement parlant, du moins à l'apparence, on ne peut demander à
des hommes n'ayant jamais ou presque jamais jusqu'alors, travaillé en
loading ...