Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 56
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0073
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
56

LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

le lecteur que ce mur est n'est que conventionnellement à l'est. De
même la première partie du tombeau n'affecte la forme du trapèze que
d'une manière générale, tandis que, si l'on prend des mesures rigou-
reuses, on s'aperçoit bien que les deux bases ne sont pas uniformément
parallèles parce que les angles ne sont pas égaux.

La première partie du monument, si l'on en juge par ce qui en reste,
était construite d'une manière plus architecturale, si je peux employer
ce terme, que la seconde et peut-être avait-elle été un peu plus soi-
gnée. Le plan est simple : une ouverture donne entrée dans le monu-
ment et débouche sur trois chambres, ou plutôt trois antichambres :
cette porte n'était pas exactement située au milieu du mur nord : elle
était plus rapprochée de l'est que de l'ouest. Les trois antichambres
étaient suivies à l'est et à l'ouest de deux chambres plus petites que
les autres qui composaient le tombeau. Presque en face delà première
et de la troisième antichambre se voyaient deux corridors permettant
l'entrée des chambres qui les bordaient dans toute leur longueur. Au
bout du corridor était une pièce intentionnellement parallèle au mur
nord et qui n'avait aucune ouverture permettant de communiquer avec
la partie sud. A l'est le corridor donnait entrée sur une seule ligne de
chambres; à l'ouest au contraire, le corridor courait entre deux lignes
de chambres qui se faisaient à peu près vis-à-vis. Ce plan, quoique
simple était cependant assez compliqué : ce qui le rend très difficile et
même impossible à reproduire tel qu'il existe en réalité d'après les
chambres mises au jour, c'est la diversité extrême des mesures, car pas
un mur n'est régulièrement bâti : l'esprit de l'homme concevait déjà
des choses que sa main ne pouvait exécuter.

Le plan est encore rendu plus artistiquement recherché par l'emploi
de pilastres avec retraits et avancées qui, non seulement divisent le
mur nord en un certain nombre de chambres particulières, mais qui
encore déterminent les trois faces des murs et séparent les chambres avec
un faux air de piliers. C'est là surtout que les erreurs des construc-
teurs, constatées par des mensurations aussi minutieuses que je les pou-
vais faire, ont été déployées dans tout leur éclat; mais malgré tout, ce
loading ...