Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 57
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0074
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Les nouvelles fouilles d'abydos

55

simple pilastre annonce un progrès réel, car il démontre que les
hommes de ce temps reculé avaient à cœur d'orner leurs maisons au-
tant qu'ils le pouvaient faire. Quand on compare ce tombeau à celui
d'Osiris qui était certainement antérieur au moins d'un demi siècle,
on voit qu'il y a réellement progrès marqué. Dans celui d'Osiris, comme
le lecteur le verra amplement dans le volume suivant et comme il pourra
s'en rendre un compte suffisant soit dans la troisième brochure que j'ai
publiée sur les résultats de ma troisième campagne, soit dans la succincte
monographie que j'ai consacrée au tombeau d'Osiris, l'emploi du pi-
lastre est déjà commencé, mais de la façon la plus irrégulière encore,
mis dans telle chambre, omis dans telle autre sans qu'il y ait eu de
raison soit pour soit contre. Au contraire, dans le monument que
j'entreprends de décrire, surtout dans la première partie, toutes les
chambres sont faites de la même manière, comportent l'emploi du
même ornement architectural et en sont également décorées. Il y a
déjà la perception de ce fait qui est devenu une des lois de l'architec-
ture, qu'une même égalité doit se remarquer dans les diverses parties
d'un même plan architectural, car de la diversité naîtrait une horrible
confusion et le goût serait choqué, fût-ce d'un amas de richesses inu-
tiles, quand ce ne serait pas d'un emploi non général et de l'absence
non générale aussi d'un ornement.

La seconde partie du monument partait du côté sud et le fond avait
comme mur mitoyen le mur qui terminait aussi la première partie; mais
cette seconde partie était plus resserrée que la première, car les murs
rentraient intérieurement de 0m,50 de chaque côté. Après une entrée
en plan incliné qui allait jusqu'à l'entrée de deux chambres par lesquel-
les on pénétrait dans deux autres, une de chaque côté, venait un corri-
dor courant entre deux rangées de cinq chambres chacune, avec des
pilastres, comme précédemment; puis venait une porte très peu large
menant aux chambres les plus secrètes du tombeau. Le plan tel que je
l'ai reproduit ici ne donne sans doute pas l'apparence du monument tel
qu'il avait été construit : il était si ruiné et les murs avaient subi de
telles poussées, que les fouilles ont été très pénibles et que pour saisir

8
loading ...