Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 59
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0076
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

59

un escalier, soit un plan incliné permettant d'atteindre le sol du tom-
beau ? Je ne le crois pas pour les raisons que voici : la montagne n'avait
pas été creusée et parée à plus de 0m,40 de l'extrémité nord des deux murs
est et ouest de cette porte, et ces 0m,40 ne sauraient suffire ni pour un
escalier, ni pour un plan incliné. L'intervalle entre le parement de la
montagne et l'ouverture de la porte était encombré de briques qui
n'étaient pas de la môme dimension que les briques de cette époque
jusqu'à une hauteur de lm,60 environ. C'est donc une preuve que ces
briques avaient été apportés par les spoliateurs pour combler l'entrée,
et que cette entrée consistait simplement dans l'ouverture laissée à la
porte, ce qui semblera sans doute incommode à nos habitudes modernes,
mais ce qui est tout à fait conforme aux habitudes de l'ancienne Egypte,
pour ne pas parler de cette époque reculée, car les puits conduisant aux
tombeaux cachés dans le sous-sol n'avaient pas d'escalier et l'on y de-
vait descendre comme on pouvait jusqu'à des profondeurs de plus de

10 mètres, ce qui n'est qu'un jeu même pour les fellahs de nos jours. Si
le lecteur voulait que je lui cite d'autres exemples de faits semblables,
je lui dirais que tous les tombeaux étaient ainsi faits, sauf les trois
exemples où j'ai trouvé un escalier, le tombeau de Den, le tombeau in-
connu aux deux petits escaliers et le tombeau d'Osiris. Nous serions
donc obligés de sauter du haut des murs en bas, ou plutôt du haut de
la montagne jusqu'au niveau du sol de la tombe, soit d'une hauteur d'en-
viron 2m,60 de haut, ce qui n'est pas énorme. Une autre preuve qu'il n'y
avait pas de chambre, c'est que sur les murs sud de cette chambre,
c'est-à-dire sur la partie adaptée au mur nord des chambres intérieures,

11 n'y avait aucune trace de crépissage à la chaux, crépissage qui existait
jadis et qui est encore fort visible dans toutes les chambres et tout au
long des murs. Ainsi il n'y avait pas d'autre entrée. La porte avait peut-
être des pilastres sur chacun de ses murs, mais, comme il y avait eu dé-
molition de chaque côté, je ne puis rien affirmer.

Chambre 1.

La chambre numéro 1 n'était guère qu'une sorte de vestibule irrégu-
loading ...