Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 141
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0158
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

141

d'offrandes à deux degrés, avant qu'on l'eût tiré du sable; mais à
l'examen je vis que le second plan était taillé de manière à présenter
tout autour un angle rentrant et je compris qu'en cet angle le couver-
cle devait glisser dans une rainure appropriée. Un peu à l'ouest du
quatrième vase grossier était le second vase en terre, orné d'un cor-
don autour du fond extérieur. Encore plus à l'ouest, presque en face
de la porte bâtie dans le corridor 6 par les spoliateurs était un grand
vase cylindrique qui parut tout d'abord intact et qui était rempli de
sable. Il était couché dans le sable, l'orifice tourné vers la porte du
corridor, le fond dans la chambre 20 : il mesurait 0m,53 de hauteur.
Quand on voulut le prendre pour ôter le sable, on vit qu'il était cassé :
je donnai alors l'ordre à l'un de mes ouvriers d'enlever le sable avec la
main, mais à mesure que le sable était enlevé, les morceaux brisés qui
n'étaient plus soutenus se détachaient d'eux-mêmes : l'humidité du
sable avait pénétré ce vase magnifique et très fin et c'est à cette cir-
constance que l'on doit en imputer la dislocation. Quand j'eus fini de
faire ramasser les fragments, il y en avait 52 ; malgré cela, comme
j'avais eu la précaution de faire mettre à part ces fragments, on a pu re-
constituer le second et il est représenté au numéro 4 de la planche XV.

Sous la voûte formée par l'étalement du mur ouest du corridor étaient
les gobelets et le vase en feldspath. Par derrière étaient les onze vases
grossiers que j'ai mentionnés dans le chiffre total de 15 : la plupart
d'entre eux contenaient encore la substance qui les avait remplis : j'y
trouvai notamment une sorte de toile et des feuilles de papyrus, à ce
que je crois. Derrière ces vases grossiers, couchée dans toute sa lon-
gueur, mais un peu penchée vers le nord était une superbe jarre en
onyx albâtreux, décorée de telle manière que l'âge en est assimilé à celui
des vases trouvés dans la première campagne de fouilles : elle mesure
0m,76 de hauteur, elle a un col tout petit, puis près du fond un cordon fait
comme les cordons des vases trouvés à Om el-Ga'ab au cours de la pre •
mière'campagne ; de plus parallèlement à ce premier cordon, il y en a, en
remontant vers le sommet, deux autres placés à une certaine distance
l'un de l'autre et réunis l'un à l'autre par d'autres cordons formant deux
loading ...