Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 148
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0165
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
148

LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

autres trous pour les chevrons n'en contenaient pas de semblables : il
n'y en avait nulle part, mais on trouva que certains de ces chevrons
avaient été calés avec des pierres, parfois assez grosses qui étaient
devenues ainsi partie intégrante des murs. Cependant la vue de ces
feuilles d'or fragmentaires avait suffi pour réveiller en mes ouvriers et
en leurs chefs la soif de ce métal : ils me supplièrent de permettre
qu'on fouillât le mur nord pour voir s'il ne contiendrait pas d'autres
feuilles de cet or qu'ils prisent tant. Comme les murs nord et sud
avaient été respectés dans leurs parties supérieures, j'accordai la per-
mission de fouiller un de ces murs et d'en abattre ce qui s'était étalé.
On ne trouva rien dans le mur sud, mais dans le mur nord, au moment
où l'on allait abandonner la recherche, un coup de hachette donné par
un ouvrier pour détacher la partie du mur qiti s'était étalée, entraînait
un énorme morceau de maçonnerie et dans ce morceau étaient de
nombreuses et petites feuilles d'or. Comment cet or se trouvait-il dans
ce mur? C'est une question qu'il n'est pas trop facile de résoudre; pour
ma part je n'y vois acune autre solution que de dire qu'on l'y avait en-
fermé sans doute au moment de la construction, car il n'est pas possible
à mon sens, de croire que les spoliateurs l'eussent mis dans ce mur
ou l'y eussent laissé tomber. Peut-être l'avait-on déposé dans le mur
au moment de la construction comme une sorte de dépôt destiné
à purifier la construction et à la garder contre les mauvais esprits,
comme on le fait encore en Egypte et un grand nombre d'autres pays,
surtout dans ceux où la superstition est dominante. La présence de cet
or montre bien qu'à l'époque où fut construit le monument on connais-
sait ce métal et on savait le travailler : dans la campagne précédente
j'avais trouvé de l'électrum dans la composition duquel l'argent domi-
nait, par conséquent il n'y avait pas à s'étonner de trouver des feuilles
d'or martelées. C'est à la présence de ces feuilles d'or dans les murs de
la chambre 21, que je dus de connaître que le tombeau avaitété construit
en terre battue : en effet dans le gros bloc de terre battue qui se déta-
cha du mur et que je fis morceler, il n'y avait pas la moindre trace de
briques, pas le moindre petit intervalle qui montrât que ces lits de
loading ...