Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 176
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0193
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
176

LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

dans les fouilles de la troisième campagne. Près de ces paquets de jonc
était un lit de ce qui m'a semblé être des feuilles de papyrus : j'en ai
fait remplir plusieurs boites, mais pendant le voyage tout a été réduit
en une fine poussière. Ces feuilles de papyrus étaient placées sur une
sorte de natte.

Chambre 5.

Un fragment de vase en grès émaillé.
Un très grand nombre d'ouvrages de vannerie.
Une caisse en bois peinte en rouge.
Quelques fragments de vases en pierre dure.

Observations. — Le fragment de vase en grès émaillé était d'une
très jolie couleur bleue : il fut rencontré dans la partie immédiatement
supérieure aux murs de la chambre. Les fragments de vase en pierre dure
étaient aussi au même niveau. La chambre était obstruée en très grande
partie par des briques ; mais sous ces briques il y avait une très grande
quantité d'ouvrages en vannerie. Gomme c'étaient sans doute là les
plus anciens ouvrages de cette sorte qui eussent été conservés, je fis
tout mon possible pour essayer d'en sauver quelques spécimens, ce qui
n'était pas facile, car, dès qu'on les touchait, ils tombaient en poussière.
J'en remplis cependant quelques boîtes et j'ai réussi à en apporter
quelques-unes à Paris. Je dois à ce sujet entrer en quelques détails.

Les premiers spécimens qui furent rencontrés, le furent aux angles
sud-est et sud-ouest de cette chambre : j'y trouvai d'assez longs mor-
ceaux de bois entourés de vannerie. J'en rencontrai ensuite dans toute
la chambre. J'eus bientôt reconnu que les morceaux de bois avec de
la vannerie autour provenaient de cfiàises brisées, car l'une des
extrémités n'était pas revêtue de vannerie. Ces chaises avaient au
moins 0m,40 de hauteur et elles étaient larges de 0m,60 environ, ce qui
donne la forme très connue d'une sorte de haut tabouret. Sur ces
chaises étaient placés d'autres ouvrages en vannerie qui, tressés avec
une sorte de paille diversicolore, ressemblaient aux ouvrages que l'on
fait encore dans le Soudan et que l'on vend dans le bazar d'Asouân.
loading ...