Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 177
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0194
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

177

Gomme je demandais âmes ouvriers s'ils avaient encore de semblables
ouvrages dans l'intérieur de leurs maisons, ils me répondirent négati-
vement, en me disant que ces ouvrages ressemblaient beaucoup aux
Margonê que faisaient les Barbarins. Ce mot me frappa et je me rap-
pelai sur le champ le mot jut^pKaim que j'avais trouvé dans la vie copte
de Pakhôme et qui avait été transcrit en arabe par i!j?-^, mot que je
n'avais traduit que d'une manière approximative en me guidant sur le
contexte, car il était tout à fait inconnu Il est plus que probable que
c'est bien le même mot et ainsi il aurait désigné un ouvrage en van-
nerie, ce qui cadre très bien avec le sens général du passage.

Les chaises avaient été placées sur une natte ou sur des nattes dont
j'ai pu réussir à conserver quelques fragments. De plus, près du mur
nord on rencontra une autre sorte d'ouvrages dont je n'ai pu, à mon
grand regret, conserver le moindre fragment, parce que tout tomba en
poussière.

Il y avait donc dans cette chambre des spécimens de trois sortes d'ou-
vrages en vannerie, plus les nattes. Le nombre des chaises rencontrées
dans cette chambre s'élevait environ à 20. Je peux donc la désigner
par le nom de Chambre aux ouvrages de vannerie.

Chambre 6.
Une tête de cheville en métal.
La moitié d'un objet en grès émaillé.
Quatre bouchons en terre.
Quelques fragments de vases en pierre dure.
De très nombreux fragments de poterie.

Observations. —La chambre était remplie de poteries toutes brisées,
sans exception. Il y avait peut-être cent ou cent cinquante de ces po-
teries qui n'avaient pas plus de 0m,25 de hauteur. C'étaient des poteries
très grossières en terre rouge ou brune. Je crois que cette dernière

1. E. Amélineau : Monuments pour servir à l'histoire de VÉgypte chrétienne au \\*siècle.
— Histoire de saint Pjikkôme et de ses communautés, dans les Annales du Musée Guimet,
t. XVII, p. 161, pour le texte copte et p. 580 pour le texte arabe.

23
loading ...