Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 213
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0230
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

213

respectable, ce qui n'était pas fait pour rendre le travail plus facile.

Il reste donc l'emploi de la seconde méthode, méthode qui a sûre-
ment été employée dans l'immense majorité, je pourrais même dire dans
la presque totalité des cas. Les bas-reliefs et tombeaux de la;IV% de la
V° ou de la VIe dynastie, nous montrent souvent le travail nécessité par
la confection de ces vases en pierre dure et l'on en retrouve une repré-
sentation très claire dans le tombeau de Mera, qui est de la V°
dynastie ; on y voit un ouvrier en train de forer un vase posé à terre
devant lui et dans lequel est enfoncé un instrument dont on ne voit que
la tige et le manche, ce qui donne l'idée d'une tarière qui a l'extrémité
de la mèche dans le vase qui est foré. S'il en a été ainsi, il faut avouer
que les fabricateurs de ces vases avaient à leur service une quantité
assez considérable de ces mèches avec différents diamètres, et des dia-
mètres parfois considérables, atteignant jusqu'à 0m,30, peut-être 0,40,
et descendant jusqu'à 0m,02 et même 0"\01. Il y a en effet certains petits
vases qui ont un goulot si étroit qu'on ne peut y passer un instrument
ayant plus de Om,01 de diamètre et où l'on voit encore très bien les
cercles concentriques de l'outil qui l'a foré, comme le petit vase si
curieux représenté au numéro 22 de la planche XX et qui a 0m,012 de dia-
mètre à l'ouverture du col, ou encore comme un autre vase en cristal de
roche à long col dont l'ouverture n'avait pas même Om,01, vase qui a été
rencontré pendant la troisième année de fouilles et qui sera publié
dans le troisième volume. Encore, je dois faire observer ici pour le pre-
mier dont il s'agit, lequel a été trouvé dans la chambre 27 de la pre-
mière partie du monument, que l'intérieur de la panse du vase a un dia-
mètre sensiblement plus grand que l'ouverture du col. D'ailleurs, les
tables avec pied dont je m'occupe ici présentent un phénomène tout
contraire : le diamètre à partir d'une certaine profondeur diminue in-
sensiblement jusqu'au moment où il s'arrête, et l'on voit parfaitement
cette dégression. Il faut donc admettre que pour tracer ces cercles con-
centriques allant en progression ou en dégression, des outils à dia-
mètres différents étaient nécessaires absolument, à moins que l'on
n'admette qu'un seul outil ayant la possibilité de s'élargir ou de se rape-
tisser à volonté, grâce à un ressort qu'aurait pressé ou non pressé l'ou-
loading ...