Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 217
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0234
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

217

question dans le premier paragraphe. Le col de ce vase a une épaisseur
de 0m,02 et une hauteur de 0in,023. Si maintenant l'on additionne cette
épaisseur avec le diamètre intérieur à l'ouverture, on a 0ra,147, et si
l'on rapproche cette mesure de celle du diamètre extérieur du vase à sa
base, on verra qu'il n'y avait pas grande différence entre les deux ex-
trémités. De cette observation l'on pourrait conclure que l'ouvrier qui
commençait un vase, ou qui en dressait mentalement l'épure, comme
on dit aujourd'hui, devait avoir d'abord pour objectif de se procurer un
cylindre de matière parfaitement égal dans toutes ses parties afin de le
tailler à son aise et selon son envie. Le vase dont il est ici question a le
rebord arrondi, c'est-à-dire que l'ouverture des vases est plus grande à
ce rebord qu'elle ne le sera plus tard à la paroi proprement dite du
vase. De même à la base, les arêtes du vase ont été rabattues, car l'ou-
vrier avait parfaitement vu l'élégance que cette opération donnerait à
son travail. On retrouverait le même procédé appliqué aux cinq vases. Si
maintenant on regarde l'ouverture du vase, on verra que contrairement
au travail extérieur la partie creuse du vase va toujours en se rétrécis-
sant, que par conséquent l'épaisseur du vase atteint son minimum au
centre de l'arc de courbure et son maximum à la base du vase. Dans les
autres vases examinés, dans ce paragraphe le phénomène apparaît
toujours le même et par conséquent est voulu ; d'où l'on peut conclure
que celui qui fit ces vases devait avoir atteint une très grande habileté
et devait être maître de sa main, de ses outils et de la matière qu'il
travaillait.

Le numéro 19 de la planche IY est assez grossièrement travaillé. Il a
0m,277 de hauteur et un diamètre de 0m,15 au commencement de l'ou-
verture, tandis que plus bas ce diamètre n'est plus que de 0m,132. La
courbure du cylindre est prononcée, mais elle ne me semble pas régu-
lièrement faite, car le renflement ne commence pas assez tôt pour que
que l'œil soit pleinement satisfait. Le rebord du vase est arrondi, mais
il est trop gros. Ce vase a une apparence trapue, et de fait il est beau-
coup moins élégant que les autres : il lui manque de la hauteur, car il a
un diamètre trop grand pour sa hauteur. L'ouvrier a donc manqué de
coup d'œil.

28 '
loading ...