Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 222
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0239
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
222

LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

bable ; j'aurais pu y joindre le cristal de roche, mais j'ai préféré rassem-
bler tous les vases en cette matière dans un paragraphe spécial. Ce qu'il
y a de certain, c'est que l'apparence des pierres dont on s'est servi de-
manderait des dénominations autrement nombreuses que celles que je
viens d'écrire, mais je ne suis au plus qu'un ignorant en pétrographie,
sachant seulement que pour les pétrographes de profession presque
toutes les pierres citées plus haut se réduisent à un tout petit nombre
de matières fondamentalement différentes. Je vais repasser une à une
toutes celles sur lesquelles il me semble que j'ai quelque chose à dire.

La pierre schisteuse ardoisière a été avec l'onyx la pierre la plus sou-
vent employée dans la confection des assiettes : le peti de résistance
qu'offrait cette pierre au travail doit sans doute entrer en ligne de
compte dans les raisons qui l'ont fait choisir. Il y avait sans doute plus
de deux cents assiettes en cette pierre dans le tombeau de Set et
d'Horus. Certaines de ces assiettes, ou plutôt certains des fragments
d'assiettes en pierre schisteuse ardoisière ont un rayon considérable :
les assiettes entières que j'ai pu reconstituer ne sont pas démesurément
grandes, mais les fragments devaient appartenir à des assiettes d'au
moins om,35 de diamètre. Les assiettes en cette matière ont une double
apparence : ou bien elles ont la couleur ordinaire de l'ardoise, quoique
non aussi foncée, ou bien elles sont d'un bleu très étendu tirant vers
le vert. Certaines de ces assiettes ont des défauts de pierre : il semble
qu'il y aurait eu des taches grisâtres qui enlèvent une partie de la
beauté ; mais le plus souvent la matière est pure de tout alliage étran-
ger. Quand on touche les vases en cette matière, aussi bien assiettes
que coupes et écuelles, la main laisse sur le vase les traces de sa pré-
hension et la pierre absorbe ensuite en elle-même toutes ces traces.

L'albâtre est relativement très rare dans les assiettes en question,
comme aussi dans tous les vases trouvés dans le tombeau de Set et de
Horus, et cela parce qu'il ne se rencontrait que très peu en Egypte, ce
qu'on appelle ordinairement albâtre étant de l'onyx. Malgré tout, quel-
ques assiettes sont en cette matière relativement facile à travailler.

L'onyx est la pierre le plus souvent représentée dans les assiettes,
comme dans tous les vases qui sont sortis du tombeau de Set et de
loading ...