Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 224
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0241
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
224

LES NOUVELLES FOUILLES D'ÀBYDOS

yeux. Aux numéros 16 et 17 les lignes des veines sont des plus capri-
cieuses et je ne peux en entreprendre la description minutieuse. Les
numéros 12 et 18 appellent de même l'attention, car ils sont d'une
matière évidemment tendre en certains endroits et capables de recevoir
l'humidité, pendant qu'en d'autres les veines sont de l'onyx le plus dur.
J'ai trouvé des quantités considérables de ces vases, mais je n'ai pu en
restaurer qu'un nom bre tout à fait restreint, à cause de cette trop grande
appétence de l'humidité qui en détachait les parties. La pierre avait
de véritables arabesques dues au caprice des éléments. Le numéro 10
de la planche VI est d'une matière avec laquelle on a fait des vases en-
core assez nombreux dont j'ai pu reconstituer seulement quelques
spécimens : sur un fond d'onyx courent de grandes bandes de ce qui
me paraît une cristallisation marmoréenne; l'ouvrier a su les prendre
au moment où elles s'inclinent en faisant un angle très obtus afin de
les disposer au centre du vase. J'en ai retrouvé de semblables et d'in-
tacts au cours de la troisième année de fouilles. Les numéros 12 et 22
de la même planche ont une décoration de forme analogue sur des
fonds différents : on dirait1 des broderies rouges sur fond de diverses
couleurs et je ne doute pas que ces broderies de pierrerie ne soient
des filons de pierre précieuses, comme le grenat, égarées au moment de
la cristallisation parmi des onyx : elles sont beaucoup plus transparen tes
que les fonds des assiettes. Les numéros 2 et 15 de la planche VII sont
aussi remarquables par leurs cercles irrégulièrement cristallisés. Le
numéro 8 appartient au genre des vases représentés par le numéro 10
de la planche VI : il a deux larges veines presque pareilles qui occu-
pent tout un côté de l'assiette, pendant que l'autre n'a qu'une très
légère coloration provenant d'un commencement de cristallisation
semblable. Le numéro 18 de la même planche est aussi remarquable
parce que les veines de l'onyx sont disposées de telle manière qu'elles
inscrivent une sorte de triangle équilatéral dont les angles auraient
été arrondis. Ce sont là les principales assiettes qui m'ont paru par

1. Les rayures irrégulières qui de bas en haut traversent l'assiette sout des taches
faites sur la pierre par le contenu de cette assiette ou de quelque autre vase qui se sera
épanché sur ce numéro.
loading ...