Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 225
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0242
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

225

la beauté ou la rareté de l'onyx employé, mériter une mention spé-
ciale, mais il en est beaucoup d'autres, surtout parmi les fragments,
qui mériteraient une description scientifique que je ne peux donner à
cause de mon incompétence et parce que la description allongerait
singulièrement ce chapitre.

Le porphyre est représenté sur les deux planches XIII et XIV par di-
verses assiettes avec toutes les nuances de couleur et de cristallisation,
notamment par les numéros 2, 5, 8, 9 et 11 de la planche XIV et 1, 2,
3, 6, 12 et 16 de la planche XVII. Gomme il me serait par trop facile de
me tromper en une matière que j'ignore complètement, je me bornerai
à faire observer la beauté de la cristallisation dans les numéros 2 et 16
de la planche XIII, et 8 et 9 de la planche XIV. Le numéro 16 de la pre-
mière de ces planches est remarquable avec ses grands et petits cris-
taux blancs irrégulièrement placés dans le porphyre noirâtre qui cons-
titue le fond de la pierre. Cette matière semble avoir été exploitée avec
amour, car j'ai rencontré dans les trois années de fouilles d'assez nom-
breux spécimens de cette pierre pour montrer le soin avec lequel on
la recherchait.

Le marbre a fourni des vases en très grand nombre. Cette pierre com-
prend deux espèces très distinctes qui ont été employées pour les vases
de ce tombeau : le marbre rouge et le marbre blanc. Le marbre rouge
peut se subdiviser en deux sous-espèces, selon que les cristallisations
qui y sont mélangées sont blanches ou vertes. Le lecteur trouvera à la
planche XII des assiettes de marbre rouge à cristaux blancs; ce sont
les numéros 1, 2, 7, 8, 10, 11, 12, 13, 14, 15 et 16 de cette planche. Ces
cristaux sont très apparents et occupent parfois une assez grande partie
de l'assiette, comme au numéro 7. Les cristaux verts sont mélangés
aux cristaux blancs entrés petite quantité, par exemple au numéro 9 où
ils ne se voient pas, mais où ils existent réellement. La couleur de ces
cristaux est un vert très pâle. Le marbre rouge est quelquefois d'un très
mauvais grain : soit que la pierre soit naturellement mauvaise, soit que
l'humidité l'ait pénétrée, on croirait avoir en mains une grosse brique
très cuite dont certaines parties se détacheraient, bien entendu avec la
différence qui existe entre la pierre et la terre cuite. Le marbre blanc

29
loading ...