Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 226
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0243
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
226

LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

se divise lui-même en deux sous-espèces, selon que les cristaux sont
bleus ou noirs. On en trouvera des spécimens à la planche XI aux nu-
méros i et 20. Ce marbre blanc a fourni un très grand nombre de frag-
ments de vases, et même d'assiettes; mais, sans doute à cause du peu
de dureté de la pierre, ils ont été brisés en tant de morceaux que je n'ai
pu en reconstituer un grand nombre : d'ailleurs, il semble que cette
matière ait été plus spécialement réservée à certaines formes de vases
dont il sera question dans les paragraphes suivants. Le numéro 20 don-
nera une idée du bloc de marbre qu'il fallait tailler pour faire quelques-
unes de ces assiettes. J'ai peu de chose à dire sur les vases en granit
qui sont mélangés aux vases en porphyre sur les planches XIII et XIV,
sinon qu'il y a du granit gris, du granit noir, peut-être du granit rose
ou syénite, mais je n'ai trouvé que quelques fragments de cette der-
nière roche. Ces pierres sont facilement reconnaissables à cause des
grains de mica qu'elles contiennent.

La planche X contient un certain nombre d'assiettes, les numéros 1,
3, 4, 5, 6, 7, 9, 11, 17, 19, 20, 22, et 23 en une sorte de calcaire plus ou
moins bleuâtre veiné parfois de blanc et parfois de rouge. Si on met la
main sur cette matière, elle s'humidifie et absorbe ensuite l'humidité
comme le schiste ardoisier; mais elle est beaucoup plus douce au tou-
cher que cette dernière pierre dont ce n'est peut-être qu'une variété.

Plusieurs assiettes sont sans doute en racine d'émeraude, plus ou
moins tachetée, c'est-à-dire en ce qu'on nomme prase. L'une d'elles a
les taches rougeâtres qui constituent la variété dite héliotrope.

Une assiette presque entière est en améthyste, c'est-à-dire en quartz
avec les cristaux violets qui constituent l'améthyste proprement dite.

L'une des pierres que j'ai trouvées le plus fréquemment est une
pierre transparente, à peu près comme le verre, plus que le cristal de
roche, tachetée de points noirs non transparents. Quelquefois, la ma-
tière a été rendue presque opaque par la grande quantité de ces cris-
taux noirs, gris quelquefois ; mais quand ces cristaux se rencontrent
en grand nombre, ils n'ont pas une opacité si dense. Le nom scienti-
fique de cette pierre m'a été fourni par M. Çayeux, de l'École nationale
des Mines, et c'est du feldspath avec cristaux d'amphibole. Le lecteur
loading ...