Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 234
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0251
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
234

LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

vase. La distance entre l'extrémité de ce col et l'angle arrondi de la
panse est très petite, ou pour mieux dire la courbure de la panse com-
mence presque immédiatement. Au-dessous de la panse sont deux
oreilles cylindriques placées horizontalement et percées à jour sans
doute pour permettre d'y introduire des cordelettes destinées à sou-
tenir le vase quand on le portait. L'intérieur du vase n'a reçu aucun
polissage et l'on comprendrait jusqu'à un certain point qu'on l'eût pu
creuser sans instrument rotatoire, car l'ouverture est assez large pour
permettre le forage d'une autre manière.

Le numéro 5 de la planche XI, de même que les numéros 16 et 22 de
la même planche, sont des types purs du vase à vin : ils ont une toute
petite ouverture, avec un col plus ou moins large, ayant au-dessous de
son extrémité une rainure plus ou moins profonde. La distance entre
l'extrémité de ce col et l'angle de la partie supérieure du vase et de la
partie inférieure est relativement très considérable. Ces vases, ainsi
que le montre le numéro 16, n'avaient qu'une très petite assiette. Natu-
rellement, ils n'offrent aucune régularité dans leur forage et les parois
sont loin d'avoir la même épaisseur, quoique le travail, malgré son ir-
régularité, soit admirable, car c'est dans le forage de ces vases qu'ap-
paraît surtout la difficulté à vaincre.

Les numéros 7 et 30 de la même planche étaient du même type de
vases globulaires et forment une variété nouvelle que l'on n'avait pas ren-
contrée jusqu'ici. Ils tiennent à la fois du vase globulaire proprement
dit et du vase à vin : du premier, ils ont la large panse et les dimensions
très grandes ; du second,ils ont le col large et l'éloignement de l'ouverture
à l'angle où commence l'inflexion de la ligne. Ce col n'apparaît pas sur
les vases pour la bonne raison qu'il était mobile, qu'il a été enlevé et
que je ne l'ai pas trouvé; mais on voit encore sur la pierre l'endroit où
on le plaçait, car la pierre est moins teintée. J'ai trouvé de ces cols sé-
parés de leurs vases, par exemple les numéros 4, 10 et 11 de cette même
planche : ce dernier est même de la même pierre que le vase numéro 30,
mais il ne va pas à l'ouverture du vase. Je n'en ai trouvé qu'un seul qui
s'adaptât à un vase et il en sera question plus loin. Ces cols étaient tra-
vaillés au métal et ils avaient reçu un commencement de polissage
loading ...