Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 235
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0252
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

235

dans leur partie inférieure : le numéro 11 a même une sorte de tore en
pierre qui court le long de la circonférence. La distance de ce col posé
sur le vase à la panse du vase est relativement considérable, comme on
peut facilement s'en rendre compte en se reportant aux planches ; par
conséquent le creusement de l'intérieur a été difficile et l'on peut voir
d'après le numéro 30 que ce creusement s'est fait parallèlement à la
surface supérieure. On peut aussi voir sur le fragment numéro 7 que
l'épaisseur du vase n'était pas toujours la même et que ce que j'ai dit
plus haut se vérifie encore au sujet de ces deux vases globulaires.

Le numéro 17 de la même planche est un vase de forme particulière-
ment heureuse : la ligne d'inflexion de sa panse est parfaite et donne au
vase un air d'élégance peu habituelle. L'ouverture était peu large ainsi
que le col sous lequel était la rainure dont j'ai déjà parlé. La courbure
du vase commence presque immédiatement à partir du col, elle se renfle
jusqu'à une ligne inférieure parfaitement calculée, puis elle descend
graduellement jusqu'à l'assiette du vase parfaitement établie.

Le numéro 21 montre un autre type du vase improprement globulaire
et d'une forme tout à fait particulière. 11 a une ouverture relativement
petite, et de même un col sous lequel est la rainure déjà connue. La
ligne du vase s'avance horizontalement jusqu'à l'angle de saillie, et de
cet angle elle descend graduellement jusqu'à l'assiette. Ce serait la
forme même du vase à vin, si la courbure au-dessous de la panse était
plus prononcée et le vase moins haut. La forme du vase est assez légère
et non sans beauté.

Le numéro 26 est un grand vase globulaire qui tient du vase à vin.
La forme de ce vase ne serait pas sans grâce, s'il n'était aussi gros.
L'ouverture est très petite relativement à la grosseur du vase, et de
même le col qui a la rainure courbe et profonde en dessous. La ligne
supérieure du vase s'infléchit à partir du col pour se renfler à la panse
et descendre ensuite graduellement. Ce qu'il y a d'étonnant dans ce
vase, c'est l'étroitesse de l'ouverture et la largeur de la panse intérieure.
Gomment est-on arrivé à obtenir cette panse énorme? c'est ce qu'il est
difficile de dire et même d'imaginer, car le diamètre de ce vase est tel-
lement grand qu'il a fallu des outils correspondants, et dès lors comment
loading ...