Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 240
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0257
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
240

LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

égyptiens avaient déjà su trouver des formes comparables à celles de
l'art grec qui a tant emprunté à l'art égyptien. Le numéro 13 ne nous
fait voir qu'un col de vase, mais le petit fragment qui est attenant à la
partie gauche montre qu'on avait là une forme nouvelle dont je ne peux
malheureusement rien dire. Les numéros 14, 23, 24 et 25 nous donnent
des vases appartenant sans doute au même type. Quiconque prendra le
soin de les examiner verra cependant que chacun d'entre eux, si le type
était le même, en exprimait une variété différente. Ainsi au numéro 23
le col était de plus petite circonférence qu'au numéro 14, et sans doute
il en était aussi de la sorte pour le numéro 24 dont il ne reste plus
qu'une toute petite partie du col. Le premier de ces vases a un air d'é-
légance non à mépriser; il se tient parfaitement debout et les lignes
sont agréables à la vue. Il en était probablement de même pour le nu-
méro 24. Quant au 25, il n'est pas très facile de savoir quelle était pro-
prement sa forme ; mais ce qui en reste est d'une belle ligne, sans qu'il
faille préjuger pour cela de la beauté du vase entier, car les vases peu-
vent présenter à l'extérieur une beauté peu commune de lignes et pé-
cher par l'ouverture disproportionnée, ou par la hauteur du vase, ce qui
arrive fort fréquemment pour l'Egypte. 11 n'y avait pas de rainure en
dessous aux numéros 23 et 24; mais cette rainure profonde existe bien
pour le vase 14. La panse du 23 était aussi plus large que celles du 14
et du 24 : aussi ce vase était beaucoup moins élégant que les deux
autres.

Les cinq vases de la planche XI V, les numéros 10, 14, 16, 19 et 21
sont du même type que les précédents, mais ils ont un grand air d'élé-
gance que n'ont pas ceux de la planche XI, parce que les formes sont
beaucoup mieux proportionnées, sauf le 14 qui a une trop large panse.
Les numéros 16, 19 et 21 ont tous les trois un col plat, taillé à angle vif
sur le rebord extérieur et l'on a seulement creusé une gorge en
dessous ; le 10 au contraire a un col arrondi et il en devait être de même
du vase 14. Le 19 est d'une beauté particulière due à la beauté du por-
phyre dans lequel il a été taillé. Le 21 présente une particularité inté-
ressante, car à la naissance de la panse sont deux oreilles cylindriques
placées horizontalement et percées. Ce vase est en porphyre à petits
loading ...