Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 242
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0259
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
242

LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

panse descendant régulièrement jusqu'à l'assiette du vase. Le numéro 8
comme forme est l'un des plus extraordinaires que j'aie trouvés : l'épure
en a dû être d'une extrême difficulté. C'est un vase rond dont on aurait
aplati les extrémités sur un même axe pour en former une sorte de vase
ellipsoïdal. Il était brisé en un grand nombre de morceaux et j'ai passé
une après-midi tout entière à en rechercher les fragments, un jour que
mes ouvriers ne travaillaient pas : ma ténacité et le temps employé fu-
rent amplement récompensés lorsque je l'eus reconstitué. Il a l'appa-
rence d'une saucière sans anse ni soucoupe et jusqu'à présent il est
unique au monde. Il fut trouvé, comme la plupart des vases en marbre
blanc veiné de bleu ou de noir, au-dessus de la chambre ayant des murs
en pierre et pavée également en calcaire : on y avait sans doute amon-
celé les vases pour les briser. Les numéros 2, 3, 4, 6, 7 et 9 de cette
planche XVI ont été trouvés, ainsi que je l'ai dit, sous un mur retombé
dans le corridor attenant à la chambre 20. Ces vases sont d'un prix ines-
timable pour l'histoire de l'art.

Il ne me reste plus, pour terminer ce paragraphe, qu'à parler de la
boîte et des deux couvercles représentés à la planche V, aux numéros 4,
5 et 6. La boîte est un quadrilatère d'albâtre évidé en son milieu jusqu'à
une certaine profondeur. Elle est excessivement lourde et un homme a
besoin de toute sa force pour la porter. Elle a 0m,416 de long sur 0m,144
de large et une hauteur de 0m,214. Elle n'est évidée qu'environ aux deux
tiers de sa hauteur. Les bords ont environ 0m,03 d'épaisseur. A droite,
à l'extrémité de la longueur intérieure, il y a sur les deux côtés une
sorte de mortaise taillée en angle aigu du côté gauche ; à l'extré-
mité gauche de la boite, il n'y a qu'une seule de ces mortaises également
taillée à angle aigu rentrant dans la pierre. Chose curieuse, les parois
comprises entre ces mortaises sont d'égale hauteur avec les petits côtés
de la boîte. Par conséquent le couvercle devait se maintenir par des
tenons d'inégale longueur glissant dans les mortaises. Il me semble
avoir trouvé plusieurs de ces couvercles au cours des fouilles; malheu-
reusement il n'a pas été possible d'en assembler les divers fragments.
Les deux couvercles qui, à droite et à gauche, s'appuient sur la boîte,
devaient appartenir à des caisses beaucoup plus petites que celle dont
loading ...