Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 243
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0260
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

243

il s'agit, et ces caisses devaient avoir un autre système de fermeture,
quoique analogue. Je n'ai pas retrouvé vestige de ces petites caisses.
Quel pouvait être l'usage de meubles aussi lourds que la boîte dont il
vient d'être question? Il est impossible de le dire, et l'endroit où a été
trouvée cette boîte n'est pas fait pour nous l'apprendre, car elle était
couchée sur le côté et prise dans la terre étalée du mur nord de l'une
des chambres ouest de la première partie : elle était remplie de sable.
Je laisse à de plus habiles que moi le soin de deviner l'usage de ces
caisses. Tout ce que je puis dire, c'est que celle-ci n'était pas la seule
qu'il y eût de cette taille, car j'ai rencontré un assez grand nombre de
fragments qui ne pouvaient appartenir qu'à des couvercles de sembla-
bles boites, et il y avait au moins deux de ces autres petites boîtes,
puisque j'ai trouvé deux couvercles.

IX. Grandes jarres en albâtre et en onyx.

J'ai rencontré au cours des fouilles deux grandes jarres intactes dont
l'une ornée de dessins primitifs, une troisième incomplète et portant
une inscription, plus sept ou huit autres jarres semblables qu'il a été
impossible de reconstituer et par conséquent de restaurer. Toutes ces
jarres étaient d'une taille énorme. Les unes étaient en ce que j'appelle
de l'albâtre, c'est-à-dire de l'onyx ordinaire, mais d'autres étaient bel et
bien en onyxrubané, car dans les cassures on voyait les petits cristaux
à facettes qui sont constitutifs de cette pierre précieuse.

Parmi les fragments de grandes jarres, je ne dois pas oublier la partie
supérieure presque complète d'une grande jarre avec col droit rabattu
vers la panse. A la naissance de cette panse est un cordon strié qui fai-
sait tout le tour du grand vase. De même il y a trois ou quatre fonds de
jarres, creusés plus ou moins profondément. Certaines autres parties
de ces grandes jarres sont restées sur les lieux, ensevelies sous une
avalanche de sable qui, en une seconde ou deux, remplit une chambre en-
tière. Comme ces fragments ne se rapportaient pas à quelque jarre que
je connusse par avance et qu'on n'en a point trouvé d'autres depuis, j'ai
peu de regrets de les avoir laissés sous le sable.

Le numéro 3 de la planche XV est la jarre fragmentaire sur l'inscrip-
loading ...