Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 255
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0272
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

255

La partie inférieure droite de la planche XX est formée par la représen-
tation de huit objets dont cinq seulement appartiennent au cristal de roche,
encore la chose n'est-elle pas très certaine: ce sont les numéros 11,12,13,
17 et 18. Tous ces objets sont des parties complètes de bracelets très
bien polis qui devaient, sinon se juxtaposer les unes aux autres, du moins
être maintenues les unes avec les autres pour former des bracelets com-
plets. Cette manière de faire esttrèsconnue. Cependantquelques-unes de
ces parties étant pleines ne peuvent avoir eu cette destination, et il faut
croire qu'on les maintenait autrement : la courbure extérieure et inté-
rieure de ces objets indique clairement que c'étaient des bracelets.
C'est la première fois, il me semble, qu'on trouve semblable chose en
Egypte, car si la forme du bracelet composé de parties maintenues entre
elles est connue, on la connaît ailleurs qu'en Egypte. Les parties de bra-
celets qui devaient être ainsi maintenues portent à l'intérieur une gorge
profonde creusée à l'aide d'une gouge quelconque et parfaitement polie.
Deux d'entre elles, les numéros il et 13, ont à chaque extrémité une
petite cheville en métal, sans doute de cuivre, introduite dans les trous
percés pour la recevoir de chaque côté de la gorge. Cette cheville
réunit ainsi les côtés et laisse la partie inférieure de la gorge libre pour
recevoir la chaîne ou le fil qui constituait le bracelet proprement dit. Ce
travail est des plus anciens et on peut encore apercevoir sur la planche
les extrémités des chevilles qui apparaissent sur le cristal de roche et
qui font une suite de petites taches provenant de ce que le métal s'est
oxydé. Ces sortes d'objets ne sont pas assez nombreux pour avoir con-
stitué les deux bracelets de l'existence desquels ils témoignent, à moins
d'admettre que ces bracelets étaient fort petits et qu'ils ne se composaient
que de deux pièces; mais ils sont une preuve que le tombeau contenait
des objets de grand luxe que je n'ai pas retrouvés parce qu'ils avaient
été enlevés.

XII. Objets en cuivre.
Les objets en cuivre qui ont été trouvés pendant la campagne 1896-
1897 sont si nombreux qu'ils témoignent péremptoirement de l'exis-
tence d'un âge du cuivre en Egypte à la même époque à laquelle on
employait le silex, c'est-à-dire ce que nous appelons l'âge de la pierres
loading ...