Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 264
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0281
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
264

LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

quelles est passée une corde en cuivre taillée en forme de spirale comme
les aiguilles examinées par M. Berthelot; on n'aperçoit pas l'endroit où
cette corde a été rendue adhérente aux anses par le martelage.

Enfin je rencontrai, dans une partie du grand corridor 5, les deux
autres vases de la forme des coupes en pierre, mais ayant en plus deux
becs. L'un d'eux avait un bec simple, l'autre un bec divisé en deux
parties par une mince cloison qui faisait que le liquide jaillissait en deux
fils, ainsi qu'on le voit représenté sur certains bas-reliefs. Il me semble
bien difficile, vu la forme de ces vases et la particularité des becs, que
tous les deux ils n'aient pas été faits au moule. Quoiqu'il en soit, ils
suffisent à démontrer qu'à l'époque à laquelle ils furent faits, les hommes
avaient déjà des connaissances fort avancées dans l'art de travailler le
cuivre et que leur travail doit être regardé avec respect.

Les haches furent toutes trouvées ensemble, à l'exception de celle
représentée, au numéro 6 de la planche XVIII. Les explications qu'a don-
nées M. Berthelot sur celle qui a été soumise à son examen valent sans
doute pour celles que l'on retrouvera sur la planche XVIII ; mais je dois
ajouter quelques considérations qui auront échappé à l'honorable savant
et d'autres qu'il ne pouvait faire puisqu'il n'avait pas les objets sous les
yeux. Tout d'abord, le lecteur observera de lui-même que quelques-unes
de ces haches ont le dos en arc de cercle, que les trous dont elles sont
percées ne sont pas situés au milieu de la hache, qu'ils sont irréguliè-
rement faits et que l'une de ces haches, au lieu du trou rond des autres
à un petit rectangle percé de part en part. Aussi est-on conduit à se
demander si le mode d'emmanchement de ces haches est bien celui qu'a
préconisé M. Berthelot, en disant qu'une cheville maintenait le manche
de l'arme. Le lecteur pourra peut-être se dire que, si cet emmanchement
se faisait au moyen d'une cheville, l'irrégularité des trous ne se com-
prendrait sans doute pas; que, de plus, il faut songer à autre chose
pour la hache non percée d'un trou rond. Que s'il recherchait comment
les haches en métal sont emmanchées dans les monuments réputés les
plus anciens, il ne serait pas longtemps à trouver que dans les célèbres
panneaux de Hosi qui sont sans doute de la II0 dynastie, s'ils ne sont
pas antérieurs, les haches ont un tout autre mode d'emmanchement,
loading ...