Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 270
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0287
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
27u

LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

le sable à peu Je profondeur. L'oiseau est posé sur un piédestal en
terre, fait en forme de triangle renversé, et sans doute cette base était
destinée à pénétrer quelque objet, si bien que nous pourrions nous
trouver en présence de quelque enseigne militaire.

XIV. Objets en ivoire.

J'avais espéré un moment que je rencontrerais une chambre spéciale-
ment destinée à renfermer des objets en ivoire, comme j'avais trouvé
une chambre aux vases en feldspath, une chambre aux grandes jarres
en onyx ou en albâtre, etc. Malheureusement je ne l'ai pas trouvée,, car
les objets en ivoire — il devait y en avoir un certain nombre ■— se sont
rencontrés seulement au nombre de trois. Dans un semblable cas, on
ne peut pas dire qu'une des chambres de la première ou de la seconde
partie du tombeau fut spécialement destinée à recevoir ces trois objets.
Les objets en ivoire ont été assez nombreux dans les résultats de la pre-
mière année et aussi dans ceux de la troisième année de fouilles; je ne
vois donc pas pourquoi il n'en aurait pas été de même pour le tombeau
dont je fais l'inventaire, quoique je voie avec trop de clarté pourquoi il
n'en a pas été ainsi. Je suis en effet porté à croire que les spoliateurs ont
détruit les objets que devait renfermer ce tombeau. Cependant je dois
avouer que la présence d'un de ces trois objets parmi les vases nom-
breux qu'a fourni ce monument a de quoi étonner : cet objet a été évi-
demment soumis à un commencement de combustion, alors que c'est
le seul spécimen de combustion qui ait été rencontré pendant l'hiver
1896-1897. Le lecteur se souviendra en effet, que nulle part je n'ai trouvé
la plus petite trace d'incendie, et, comme cet objet a été rencontré dans la
couche supérieure de sable, je serais assez tenté de croire qu'il n'appar-
tenait pas primitivement au tombeau qui m'occupe.

Cet objet est un fragment de pied de meuble taillé en forme de pied
d'animal : il est représenté au numéro 10 de la planche XXIII. Ce pied a
été brisé un peu au-dessus du sabot et ne donne guère que la base.
Cependant il suffirait à prouver que le tombeau renfermait de sem-
blables objets, si l'on pouvait être certain qu'il n'a pas été apporté
des tombes . voisines où l'on avait allumé île grands incendies. La
loading ...