Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 273
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0290
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 273

très nombreux et qui pas une seule fois n'affectent la forme des couteaux
que MM. Pétrie et de Morgan considèrent comme provenant d'Abydos.

Ce manche, puisque manche il y a, est plus ou moins gros, plus ou
moins habillement taillé, et il affecte quelquefois une légère courbure
qui part presque du commencement du manche pour aboutir à la lame
du couteau, où la courbe d'emmanchement est aussi parfois parfaite-
ment dessinée, comme dans le numéro 10 de la planche XX. La lame
elle-même est loin d'être uniforme en sa taille : elle affecte une forme
légèrement arrondie sur le tranchant et selon que l'ouvrier l'a plus ou
moins heureusement saisie, la ligne est ou n'est pas harmonieuse : ainsi
la ligne du tranchant dans le numéro 1 et dans le numéro 2 de la planche
sont des plus heureuses. Le dos de la lame est aussi parfois courbé près
du manche, et cette courbure lui donne un air de plus grande légèreté,
comme dans le dernier numéro que je viens de signaler. La pointe du
couteau est alors presque régulièrement arrondie. Au contraire, si la
ligne du manche et du dos est une ligne droite, le couteau a une appa-
rence lourde, comme dans le numéro 9 et dans le numéro 4 de
cette même planche XIX. Le premier de ces numéros peut aussi
servir d'exemple qu'une trop grande petitesse dans la longueur de la
lame rend le couteau tout entier trapu et lourd. D'autres fois au con-
traire, la courbe de la lame et du dos est très prononcée et les deux vont
se couper l'une l'autre à la pointe du couteau qui alors a une apparence
de très grande légèreté et offre à l'œil des lignes harmonieuses comme
dans le numéro 2 de cette planche, lequel est un des plus beaux spécimens
de couteaux en silex que j'aie trouvés. Le numéro 4 de celte planche
me semble avoir eu une forme légèrement différente de celles que je
viens de faire connaître : la courbure d'emmanchement est parfaite,
l'arc du dos à peine annoncé est d'une grande élégance, et de même la
courbe de la lame. Celte courbure à peine indiquée des deux côtés
et la presque constante largeur de la lame me paraissent indiquer
une forme légèrement diverse; malheureusement je n'ai pu retrouver
que les deux fragments qui se sont ajustés l'un à Tautre, et le bout du
couteau n'a pas été rencontré. J'ai trouvé environ une centaine de ces
grands et beaux couteaux complets ou fragmentaires, et parmi ceux qui

35
loading ...