Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 279
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0296
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

279

précédente ? Je pourrais trouver une autre raison d'antériorité dans la
forme même des deux sortes de jarres, celles trouvées la première
année et celles trouvées la seconde : le lecteur qui voudra les comparer
les unes aux autres, verra de lui-même que, même en tenant compte de
l'échelle, celles de la première année sont plus élancées que les autres,
que celles-ci ont une forme trapue et ramassée que n'ont pas celles-là,
que les jarres trouvées la première année, malgré les défauts de la
forme dus à la faiblesse des moyens employés pour leur fabrication,
ont un autre sentiment des proportions que les vases du même genre
rencontrés au cours de la seconde campagne de fouilles, et que de ce
côté encore l'antériorité de celles-ci semble évidente.

Je n'insisterai pas sur les petites jarres qu'il était beaucoup plus aisé
de fabriquer que les grandes et qui doivent être, qui sont pour cette
raison beaucoup plus régulières que les grands modèles, mais qui
malgré tout ont des irrégularités nettement caractérisées : ainsi la panse
dunuméro 1, l'assiette irrégulière du numéro 6; par contre les numéros
10 et 12 semblent assez réguliers. De même je ne m'arrêterai pas sur
les vases 7, poterie en terre grossière, non vernissée. Au contraire
les vases à panse 10 et 14 sont dignes d'attention par la beauté de leur
forme, malgré leur irrégularité évidente. Le numéro 8 a en plus une
particularité précieuse, à savoir qu'il porte une marque, ou peut-être
même un signe hiéroglyphique.

Restent les numéros 3 et 13, dont il me faut parler avec quelques dé-
tails. Les vases de la forme du numéro 3 sont attribués d'ordinaire a
l'époque romaine. Je dois dire ici que j'en ai trouvé un grand nombre
de fragments dans le tombeau qui m'occupe, cela à toutes les profon-
deurs de la couche de décombres; il en est de même de celui qui est
représenté dans la planche XXIV : il était encore entouré de la corde en
fibre de palmier qui avait servi à le transporter à l'endroit où il a été
trouvé. La forme de ce vase est à peu près celle d'une amphore ancienne :
il a des oreilles ou deux anses autour d'un cou très étroit et il se ter-
mine en pointe, sans s'élargir pour prendre son assiette. L'amphore au
contraire, d'après le modèle le plus ordinaire ne se terminait pas en
pointe, mais la pointe du vase s'élargissait soudain pour prendre son
loading ...