Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 281
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0298
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

281

introduit en Egypte s'y retrouve presque toujours à toutes les époques.

Le numéro 13 est une sorte de soutien à deux faces parallèles,
l'une plus petite que l'autre, ayant toutes deux une forme circulaire,
absolument comme les diables que nos cuisinières emploient encore
aujourd'hui pour allumer leurs feux de charbon de bois, avec cette dif-
férence que le diable est en métal et qu'il est armé d'une poignée. Le
petit diamètre de ce vase est de fim,275 et le grand de 0m,335; la hau-
teur est de 0m,33. Sans doute il ne servait pas au même usage que nos
diables actuels et il devait être tout simplement un support d'un objet
nécessairement léger, à cause de la matière qui a servi de fabrication à
ce support en poterie. Quelle est l'époque de ce support, dont je trou-
vai également le semblable, mais tellement brisé que je ne pouvais son-
ger un seul moment à en tenter la restauration! Je ne penche pour au-
cune époque ; mais le fait qu'il fut rencontré dans la partie du corridor 5
attenant à la chambre 17 me semble fortement militer en faveur de sa
haute antiquité. Je dois dire ici que M. Flinders Pétrie semble avoir
trouvé des supports, mais n'ayant pas celte forme1, et de même M. de
Morgan a sans doute trouvé les fragments d'un semblable support en
pierre".

Je conclus que, si les deux vases dont je viens de parler devaient
être attribués à une époque de beaucoup postérieure à celle qu'atteint
le tombeau dont il s'agit, ce seraient les deux seuls objets qui dussent
être attribués à celte époque postérieure; il est beaucoup plus probable
au contraire que ces deux poteries doivent être d'une époque corres-
pondant à celle de la tombe dans laquelle elles ont été trouvées.

XVII. Bouchons de poteries diverses, en pierre ou en terre.

Les poteries dont il vient d'être question étaient toutes bouchées
avec de la terre ayant reçu une certaine forme plus ou moins grande,
plus ou moins élancée, plus ou moins recourbée. Gomme j'ai trouvé des
quantités considérables de poteries, ainsi que le lecteur l'aura vu dans

1. El. Pelric anj J. E. Quiboll : Naqâda and Initias, pl. XLI.

2. .7. de Morgan : Recherches sur les origines de l'Égypte. Ethnographie préhistorique
cl tombeau royal deNégadah, p, 18", fîg. 679, Cette figure n'est qu'une restauration.

'30
loading ...