Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 2) — Paris, 1902

Seite: 294
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1902bd2/0311
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
294

LES NOUVELLES FOUILLES L'ABYDOS

du mot, car l'écriture dans l'ouvrage de Mariette est celle d'un homme
étranger à l'égyptologïe qui a copié de son mieux le manuscrit qu'il
avait sous les yeux, et quand ce serait l'écriture de Mariette lui-
même on ne ne pourrait ajouter une confiance absolue, car ce grand
homme écrivait et ne prenait pas un calque. Seul, le signe initial est
le même, etcela ne me suffit pas pour adopter l'identité des deux titres.
Le troisième des signes de la première ligne verticale pourrait être
apparenté au signe qui se fait ordinairement ^ et l'oiseau pourrait'être
simplement l'oiseau ordinaire, si bien que nous aurions le nom du
dieu Seb écrit d'une façon nouvelle; mais je suis si loin d'être persuadé
de la possibilité de cette lecture, que je ne la propose à l'examen du
public savant que comme une hypothèse très instable. La seconde ligne
verticale contient un signe qui me semble complètement nouveau : il
occupe la première place et est suivi d'un autre signe malheureusement
mutilé : ce qu'il en reste semble montrer la tête d'un animal, peut-être
d'un amphibie que je n'ai pas encore rencontré; ce nom de divinité est
suivi du vocable ^ qui signifie esclave, ou prêtre, quand il est pré-
cédé de l'hiéroglyphe ^ ce qui n'est pas ici le cas; mais peut-être

a-t-ilété oublié par le scribe. Quoi qu'il en soit, une chose est certaine
après l'examen de hiéroglyphes, c'est que cette inscription est d'époque
historique, ou tout au moins se rapprochant de l'époque historique : la
manière dont est fait le jl est certainement plus récente que celle du
même signe dans les stèles que j'ai publiées dans le rapport sur les
fouilles de la première année, car la branche écourtée'du signe jl ne
tombe pas aussi bas que dans la grande stèle du moufflon à manchettes,
par exemple, quoiqu'elle soit assez longue pour appartenir à l'Ancien
et au plus Ancien Empire. C'est tout ce que je puis dire sur cette ins-
cription qui nous met en présence d'une divinité encore inconnue et
peut-être de deux, si la première n'est pas Seb.

La seconde est reproduite à la planche XXII, n° 8 où le lecteur la trou-
vera. Elle signifie : le chef, le grand voyant, le Qerheb en chef des deux
dieux; le nom du donateur qui se lit Sesch... : suit les deux autres signes
sont encore inconnus. Cette inscription a donné lieu à une affirmation que
loading ...