Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: III
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0015
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
INTRODUCTION ni

montrer sévère à l'égard de mon œuvre. J'ai donc employé une méthode
différente de celle de M. Pétrie et je me suis plu à signaler ses propres
découvertes —je les signalerai encore sans doute — quand elles étaient
utiles à expliquer les miennes, et je ferai plus encore, j'en rendrai
compte tout autant que des miennes s'il m'arrive un jour d'en avoir à
rendre compte. M. Pétrie me semble mal comprendre ses intérêts. Croi-
rait-il que même en Angleterre il pourra persuader ses lecteurs qu'il a
été le seul à découvrir les documents qu'il a publiés, leur importance,
leur place dans l'histoire, parce qu'il ne mentionne la Mission Amélineau
comme il dit, que simplement pour faire observer ses bévues et même
ses crimes, car il a été jusqu'à traiter cette pauvre Mission de crimi-
nelle? Il doit bien se dire cependant que même en Angleterre les ou-
vrages écrits par un Français peuvent arriver, être lus, être compris et
même apporter quelque lumière accidentelle, sur la question par
exemple de savoir qui le premier a découvert les monuments sortis des
sables d'Om el-Ga'ab. Il doit même être convaincu qu'en dehors de
l'Angleterre il doit y avoir d'autres savants, voire d'autres égyptologues
que lui et ses amis, qui tôt ou tard se poseront des questions sur Phis-
toire des fouilles préhistoriques en Egypte, sur leurs résultats, et que
sur ces questions la grande personnalité de M. Pétrie n'empêchera pas,
en attirant sur elle tous les regards, de voir qu'à côté, qu'avant lui, que
plus que lui, d'autres ont travaillé pour élucider ces problèmes si cap-
tivants, et parmi ces autres il y aura bien, je crois, une toute petite place
pour ma chétive personne.

Le lecteur ne devra pas s'étonner si je semble attacher une si grande
importance aux calomnies répandues sur mon compte dans les volumes
de M. Pétrie et s'il m'a semblé bon parfois de les réfuter assez au long.
Je suis de ceux qui jugent que la parole de Voltaire contient une
grande partie de vérité : Calomniez, il en restera toujours quelque
chose. Si ie calomnié n'élève pas la voix pour se défendre et montrer
que la calomnie reste en définitive une simple calomnie, qu'arrivera-1-
il?On croira le calomniateur, et la sagesse des nations fournira quantité
loading ...