Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: VI
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0018
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
VI INTRODUCTION

autant, car j'ai déjà beaucoup publié sur cette question, mais je crois
que tout de même j'ai voix au chapitre.

Dans ces derniers volumes, j'ai réalisé un progrès que je n'avais pu
obtenir auparavant : j'ai confié à des savants spécialistes l'examen de
certaines questions qui ne sont pas de ma compétence. Je l'avais déjà
fait pour le premier volume en partie, et M. Friedel, décédé depuis,
m'avait appuyé de sa science profonde et droite; je l'aurais encore mis
à profit, si la mort n'était venue l'emporter. C'était le seul que j'eusse
trouvé disposé à me prêter son concours : entre deux voyages, je
n'avais pas le temps d'aller frapper à bien des portes; d'ailleurs celles
auxquelles j'avais frappé s'étaient fermées devant moi avec une si tou-
chante unanimité que j'avais perdu tout espoir de trouver un seul col-
laborateur, tellement l'impression produite, non par mes documents,
mais à l'occasion de documents qu'on avait d'ailleurs refusé de voir,
m'avait été défavorable, en ce sens que personne ne voulait plus me
reconnaître en public, quoiqu'en particulier j'aie reçu de précieux
encouragements. Le temps a marché et il est arrivé pour moi ce qui est
arrivé bien des fois pour d'autres : l'appui m'est arrivé du côté où je ne
le soupçonnais pas et j'ai pu trouver des collaborateurs. Je leur en fais
ici mes sincères remerciements et je dois citer nommément M. le Dr Ga-
pitan qui a mis avec tant de bonne volonté sa science profonde du
Préhistorique au service des documents que j'ai mis au jour. Je
remercie donc Messieurs mes collaborateurs, et je remercie aussi de
tout mon cœur tous ceux qui m'ont soutenu de leurs avis, de leurs
conseils et de leur sympathie, dans cette lutte si chaude qu'elle sem-
blait ne devoir finir que par mon complet écrasement.

La Hurlanderie, 1« février 1904.
loading ...