Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: 24
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0044
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
24 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

près droite avec l'arc de cercle formé par le travail de la première
année : quand j'aurais amené mes ouvriers à une telle ligne, je verrais
ce que le hasard m'aurait fait rencontrer sous ces milliers de mètres
cubes de sable enlevé, puis je m'orienterais pour la suite, d'après les
observations faites au cours des fouilles préliminaires. C'est ce que j'ai
fait, et j'ai ainsi réparé, et entièrement, la faute commise par mes ou-
vriers et mes surveillants pendant la première campagne.

Tout d'abord je voulus savoir à quel endroit précis de la nécropole,
je commençai le travail de cette campagne qui devait achever l'explora-
tion de cette grande butte. Pour cela j'avais un point de repère assez
facilement utilisable, à savoir le tombeau des deux Dieux, c'est à-dire
de Set et de Horus. Du milieu donc de l'extrémité sud, je mesurai la
distance qui le séparait de la montagne occidentale, c'est-à-dire jusqu'au
pied du premier contrefort, ou pour parler en apparence plus exacte-
ment, jusqu'au pied de la colline de sable qui court parallèlement à la
montagne en cet endroit et qui en est éloignée d'une quarantaine de
mètres, et peut être plus : je trouvai que du point que j'avais pris jus-
qu'à cet endroit, il y avait en ligne droite 480 mètres. Du même point
jusqu'à la montagne sud qui n'a pas, elle, de contrefort de sable mêlé au
calcaire, il y avait 934 mètres jusqu'aux premières assises. Toujours du
même point qui était en dehors du champ de la grande butte, car il était
trop au sud, je menai une ligne perpendiculaire à la ligne que formait
cette grande butte à son extrémité est, et je trouvai une distance de
120 mètres, ce qui mettait le point initial de mes travaux à 600 mètres
de cette colline de sable parallèle à la montagne occidentale dont il vient
d'être question.

L'apparence de la butte du côté est était absolument la même que
celle que j'ai déjà décrite précédemment : il n'y avait à noter rien de
spécial. Elle s'élevait graduellement jusqu'à sa hauteur extrême qu'elle
atteignait rapidement et qui, comme je l'ai dit, était d'environ huit ou
neuf mètres. Et ces renseignements donnés, comme je tiens à être
aussi précis que possible dans cette partie de mon compte-rendu, je
vais noter jour par jour les travaux qui furent exécutés et cataloguer les
loading ...