Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: 28
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0048
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
28 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

déposés, soit dans les diverses tombes particulières, soit dans le tom-
beau central, avaient été soigneusement brisés avant d'être mis dans
les corbeilles, car si le bris n'eût eu pour cause le propos délibéré des
spoliateurs, mais seulement le choc produit sur le sable ou contre les
poteries quand ces vases tombaient de la couffe, j'en aurais trouvé tous
ou presque tous les morceaux dans un rayon très peu étendu et ainsi il
m'eût été possible de reconstituer la plus grande partie de ces vases;
mais en réalité je n'ai pu en reconstituer que deux ou trois à grand'-
peine. D'ailleurs les cassures montrent qu'on employa pour les briser
un instrument en fer qui souvent pulvérisa la matière à l'endroit frappé
ou fit sauter de très petits fragments à une assez grande distance ;

6° La partie antérieure d'une table d'offrandes avec rigole : c'est la ri-
gole même détachée de la pierre qui fut trouvée ;

7° Trois fragments de poteries rouges ayant une inscription, deux en
hiératique, l'autre en démotique, ou plutôt d'une écriture très cursive
qui tient le milieu entre le hiératique et le démotique proprement dits ;

8° Un autre fragment de poterie avec des signes hiéroglyphiques cur-
sifs, très grands, tracés à l'encre noire. Malheureusement ces quatre
fragments se composaient de signes n'offrant aucune donnée sur la des-
tination ou le contenu de ces vases.

Tous ces objets me firent soupçonner que j'approchais d'une tombe
importante : dès le soir j'écrivis sur mon journal : « Tout fait prévoir
que l'on est au-dessus d'un tombeau important, soit que je doive trou-
ver le grand tombeau (auquel je croyais dès la première année1), soit
que je doive rencontrer d'abord les petits tombeaux qui entouraient le
grand ». Le lecteur jugera si, dès ce second jour, les fouilles n'étaient
pas conduites de façon à trouver les tombeaux que je cherchais, si
quelque chose dans cette conduite avait été laissé à l'aveugle hasard,
ou si au contraire tout avait été mené dételle sorte que je dusse trouver
forcément ce que cachait la butte, si je n'avais pas en grande partie de-
viné ce qu'elle recouvrait. J'avais déjà de l'expérience, je me rappelais
les objets rencontrés au cours de la première campagne et j'avais le

1. Amélineau, Les nouvelles fouilles d'Abydos, Angers, Burdin, in-8, p. 22.
loading ...