Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: 35
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0055
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 35

et qui ne peut être niée est celle-ci : dès l'Ancien Empire ce culte était
établi et observé dans la nécropole d'Abydos. Cette conclusion me
suffit pour le moment ;

6° Une perle en terre émaillée;

7° Des fragments de résine semblables à ceux dont il a été question
-en l'un des jours précédents;

8° Une pointe de flèche en ivoire semblable à celles trouvées pendant
l'hiver 1895-1896;

9° Un fragment de cristal de roche;

10° Un fragment d'objet en schiste ardoisier, ressemblant à un autre
fragment trouvé pendant la première campagne;
11° Un silex;

12° Deux fragments de la mâchoire d'un animal tout petit, peut-être
d'une gerboise qui se sera trouvée ensevelie dans le sable. Je ne fais
que le noter, sans y attacher d'importance et pour être complet, car il
est plus que probable que la trouvaille de ces deux fragments n'a rien
à faire avec la nécropole que j'ai fouillée ;

13° Des fragments assez considérables d'objets en calcaire, au nombre
de cinq. Quels étaient ces objets qui se ressemblaient évidemment
entre eux, c'est ce que je ne puis dire, car c'était la première fois qu'ils
tombaient sous mes yeux. Assurément ce n'étaient pas des stèles, car
ils n'en avaient pas la forme, et de plus ils contenaient des parties qui
ne se peuvent rencontrer dans une stèle. Ce n'étaient pas davantage des
tables d'offrande. L'un de ces morceaux ne portait aucune trace de
sculpture, quoiqu'on pût voir facilement qu'il avait été évidé en une
partie. Trojs autres fragments au contraire qui faisaient peut-être partie
du même objet présentaient des traces indéniables de sculpture.
Deux de ces trois morceaux se raccordaient l'un à l'autre et finissaient
l'un des côtés du monument; l'autre côté était fruste, et fruste aussi le
troisième fragment. Les deux premiers étaient évidés aux extrémités et
au milieu, de sorte que la partie réservée par l'ouvrier ressemble assez
à deux longs pieds. C'est en vain que j'ai cherché à me faire une idée de
ce monument que je voyais pour la première fois; je n'y ai pas réussi.
J'espérais retrouver un jour ou l'autre la partie intermédiaire entre les
loading ...