Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: 41
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0061
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

il

Journée du 3 Décembre

Cette journée n'apporte pas grand progrès dans les fouilles, car à la
fin du jour les ouvriers ne s'étaient avancés que de 3 mètres à peine. La
raison en est que dans la matinée de ce jour on fit une assez impor-
tante découverte et que tous les hommes, curieux de voir ce que l'on
venait de découvrir s'occupaient plus de regarder que de travailler.

Les objets rencontrés en ce jour sont les suivants :

1° Un objet en métal dont je n'ai pu deviner l'usage qu'après avoir
trouvé Fobjet suivant;

2° Des feuilles d'or provenant d'un coffret déposé au nom du roi
Tout-Onekh-Amen, le deuxième successeur de Khouenaten ou Amé-
nophis IV. Cette découverte eut lieu dans les circonstances suivantes :
il y avait une heure environ que le travail était commencé, lorsque l"un
de ceux qui remplissaient les couffes aperçut des feuilles d'or que mon
domestique et le surveillant en chef se mirent de suite en devoir de re-
cueillir. Je me rendis aussitôt moi-même à l'endroit où ces deux
hommes étaient occupés afin de voir ce qu'il en était. On recueillit ces
feuilles d'or, on les mit dans une coufieh et tout semblait fini. La vue
de cet or en feuilles avait suffi pour faire instantanément suspendre le
travail; tous les hommes étaient venus d'eux-mêmes regarder ce métal
précieux qui exerce sur eux une réelle fascination. Quelques instants
après que le travail eut repris, le même ouvrier rencontra de nouvelles
feuilles d'or et je vis ce que j'avais déjà deviné, à savoir que ces feuilles
d'or avaient recouvert un morceau de bois stuqué et que les feuilles
avaient été appliquées sur le stuc. La difficulté était d'avoir ce mor-
ceau de bois qui de vétusté tombait en miettes et dont se détachait l'or
qui le couvrait. On enleva d'abord le sable qui le recouvrait par dessus,
puis avec autant de légèreté que cela fut possible celui qui se trouvait
en dessous, on ramassa les feuilles d'or et l'on retira le morceau de
bois qui était long de 0m,58. Un second objet en métal, semblable au
précédent, était encore adhérent au morceau de bois, et le bois était
doré en dessus et en dessous. Pour mieux faire adhérer l'or on avait
recouvert le bois d'une étoffe très fine et sur l'étoffe on avait mis du

6
loading ...