Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: 61
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0081
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 61

L'importance de ce tombeau pour l'histoire vient de la représentation
des autruches surlesfragments de schiste ardoisier 9 et 10 : commeM. de
Morgan a trouvé la même inscription à Neggadeh, on ne peut donc au-
cunement en conclure que c'était l'un des noms du personnage enterré
dans le tombeau de Neggadeh1. Ces signes représentent simplement
les âmes de ce personnage, et sa présence dans les tombes d'Abydos
s'explique ainsi fort naturellement.

Tombeau n° 25.

Ce tombeau était le quatrième de la première année rangée ; il était
précédé par le numéro 21 et suivi du numéro 31. En haut de ce tombeau
on a trouvé une grande jarre en terre cuite comme celles qui sont re-
présentées dans le premier volume de ce rapport"; elle était complète.
A l'angle sud-est, et en dehors du tombeau proprement dit, par consé-
quent en dessus de la tombe était un crâne qui est tombé en morceaux
dès qu'on a voulu le toucher. La grande pierre que je viens de signaler

avait une marque ainsi faite '")']"" r "\ Rien autre chose ne sollicitait
l'attention. Les mesures de ce tombeau sont les suivantes : le mur est
avait en longueur lm,59 en haut et lm,58 en bas; le mur nord lm,30 en
haut et lm,30 en bas ; le mur ouest lm,58 en haut et lra,60 en bas; le mur
sud lra,33 en haut et lm,28 en bas. La profondeur de la tombe prise du
mur est était de lm,22.

Voici la liste des quelques objets rencontrés dans ce tombeau :

1° Un petit vase très joli en pierre dure ;

2° Un fragment d'objet en os, peut-être de peigne;

3° Deux fragments de poterie qui avaient fait partie d'un même vase
assez fin, qui se réunissaient et dont l'un portait l'inscription suivante :
V

/\, c'est-à-dire la corne de l'escalier, expression tout à fait égyp-
tienne qui est assez souvent répétée dans ces textes et qui signifie
l'extrémité, ici : Textrémité de Vescalier. Nous verrons plus tard quelle
est l'importance de cette inscription de deux signes.

1. J, de Morgan : Recherches sur les origines de l'Égypte, tome II, p. 165.

2. Cf. E. Amélineau : Les nouvelles fouilles d'Abydos, 1895-1896, compte rendu in ex-
tenso, planches XVI-XX.
loading ...