Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: 71
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0091
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 71

nord et sud en vue d'augmenter la longueur disponible. On a donc en-
levé 0m,24 d'épaisseur au mur sud et seulement 0m,03 au mur nord. Ce
dernier retrait était encore fort visible, et si Ton ajoute les 0m,27 obtenus
de la sorte au mur est on a pour longueur totale lm,81, ce qui accuse en-
core une différence de0m, 10. Un second fait s'est présenté à ce tombeau :
partout ailleurs,, les murs est des tombes de la première rangeé touchaient
presque la montagne : ici, au contraire, il y avait entre ce mur à l'inté-
rieur du tombeau et la montagne une distance qui n'était pas moindre
de lm,25, et comme l'épaisseur de ce mur est était de 0m,50 environ, il
reste une distance de 0m,75 creusée et non employée, ce qui fut cause
que je crus un moment qu'il y avait en cette partie d'autres tombeaux
plus à l'est. On peut tirer de ces deux faits, ce me semble, une conclu-
sion identique, à savoir que les tombeaux avaient été construits d'avance
et non pas d'après la taille de ceux qui devaient l'occuper, ou tout au
moins de la caisse dans laquelle on avait enfermé le cadavre; ceci pour
le premier; quant au second, il prouve jusqu'à un certain point qu'en
cet endroit on avait préparé plus de terrain encore qu'il n'en fallait,
j'ignore pour quelle raison, soit qu'on voulût construire une tombe
plus grande que les autres, soit qu'on voulût au contraire disposer une
autre rangée de tombes, et de ce côté encore nous arrivons à la même
conclusion : on construisait les tombes d'avance. Or, s'il arrivait, comme
c'est ici le cas, que la tombe ne fût pas assez grande pour contenir ce
qu'on y descendait, on l'allongeait en rétrécissant l'épaisseur des murs
sud et nord, selon ce dont on avait besoin. On peut ici se demander
pourquoi on était obligé d'agir de la sorte ? Il est évident que les trois
ou quatre cents tombes environ qui composaient la nécropole particu-
lière d'Om el-Ga'ab, autour du tombeau d'Osiris, ne sauraient aucune-
ment être regardées comme ayant contenu toute la population d'Abydos
à l'époque et après Fépoque d'Osiris, que seuls les grands personnages
étaient enterrés près de celui qu'on regardait comme un être supérieur.
La sépulture près de Vescalier du Dieu grand, comme disent les textes
égyptiens, a toujours été regardée comme l'une de-, ces bonnes fortunes
dont on était ravi, puisqu'on la souhaitait ardemment. Si cette bonne
fortune était tant désirée et recherchée, c'est qu'elle était rare, car l'on
loading ...