Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: 76
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0096
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
76 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

l'épaisseur du mur sud de 0m,43, et celle du mur ouest de 0m,50. Dans
ce tombeau je vis clairement pour la première fois que le sol de tous
ces tombeaux était en terre battue.

Voici quels furent les objets qui furent rencontrés pendant les fouilles
auxquelles ce tombeau donna lieu :

1° Un fragment de meuble en bois;

2° Un silex;

3° Une stèle de femme "tg^^Jj représentée à la planche XVIII ;

4° Un pied de meuble en bois trouvé dans l'angle nord-est ;

5° Une caisse en bois de cèdre (?), en miettes. Dans cette caisse étaient
les ossements d'un squelette dont quelques ossements étaient rouges.
La tête était au milieu de la caisse, repliée sous la poitrine, preuve évi-
dente que les spoliateurs avaient voulu savoir ce que contenait la
caisse.

Après ce tombeau, dans la même rangée revient l'une des deux
tombes signalées dans le premier volume des rapports sur mes fouilles
et encore recouverte de feuillages1. Ceci explique parfaitement pour-
quoi dans les deux premières rangées je n'ai pas rencontré de preuves
de toiture en briques. Nécessairement je n'ai plus à reparler de ces
tombes, puisque j'en ai déjà parlé, et je n'interromprai pas ma nu-
mérotation.

Tombeau ,n° 35.

Ce tombeau appartient à la troisième rangée où il accepte le sixième
rang. Il renfermait d'énormes morceaux de terre battue portant encore
les traces de la paille de dourah mise en dessous sans doute pour sou-
tenir la terre, à moins que ce ne fussent des débris de bois, ce qu'il
m'a été impossible de reconnaître. Aussi la manière dont était formée
cette toiture est maintenant évidente : il y avait comme un pignon sur
les murs nord et sud; sur le haut de ces pignons on plaçait une tige de
dourah dans le sens de l'axe de la tombe, et des murs est et ouest de
partaient d'autres tiges s'appuyant sur celle-ci, et le tout était recou-

1. Cf. E. Amélineau : Les nouvelles fouilles ,d'Abydos, 1895-1896, compte-rendu in
extenso, p. 136.
loading ...