Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: 128
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0148
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
128 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

vants. Le déblaiement n'offrit rien de particulièrement digne d'attention,
sinon qu'on trouva les objets suivants :

1° Un grand vase rouge, de forme archaïque, avec deux scènes et une
inscription tracées dans l'argile : il est de la même catégorie que les vases
dont il a été parlé précédemment au chapitre troisième. La scène est
toujours de même ordre et le lecteur en trouvera la représentation à la
planche XXXVI, numéro 1 ; l'inscription se trouve au dessus du Dieu qui

est jjgf) et donne le titre suivant que j'écris horizontalement ^l^V f—^
et le nom du prêtre m'a été illisible ;

2° Une grande jarre en terre cuite avec marque ;

3° Un énorme vase en terre provenant du dessus d'un tombeau,
lequel vase est resté au musée de Gizeh. Il mesurait lm,50 de circonfé-
rence et a été trouvé entre les tombeaux numéros 20 et 23 ;

4° Divers fragments en terre émaillée ;

5° Une table d'offrandes rectangulaire, en terre émaillée. Elle avait
par dessous une sorte de pied qui devait reposer sur l'un des supports
à double diamètre, comme j'en avais rencontré un dans les fouilles de
Thiver 1896-1897 ;

6° Divers fragments d'objets en terre ;

7° Un pot comme ceux dont j'ai parlé plus haut.

Journée du 8 Décembre.

Ce jour-là, ayant augmenté le nombre des ouvriers que j'employais afin
de parvenir plus vite à déblayer la colline, j'atteignis la bande de ter-
rain située au nord-est et qui touchait au centre de la colline, et à l'est
on parvint à la partie sablonneuse qui m'avait semblé, dès la première fois
que j'explorai ce site, être située au dessus du tombeau central. A l'ex-
trémité nord de la partie fouillée de ce côté, c'est-à-dire vers la fin de
la partie sablonneuse dont je viens de parler, la composition de la col-
line se modifiait : dans la partie sud, il y avait une couche de pots
épaisse d'environ deux mètres, tandis qu'au nord on ne trouvait abso-
solumentque des pots jusqu'au niveau environ de la montagne. Parmi
les poteries qui furent mises au jour, il y avait, outre les amphores déjà
mentionnées, une autre suite de vases assez élégants dont le lecteur
loading ...