Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: 151
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0171
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS bï

lyse de l'examen auquel j'avais l'intention de soumettre le crâne trouvé,
et je l'ai bien montré en portant la pièce au Dr Verneau et en mettant
à la fin de mon opuscule la note que j'y ai jointe, lorsqu'il m'eût été plus
que facile de trouver des moyens de n'en rien faire et de garder ma
persuasion entière.

Je ne m'arrête pas un instant à l'hypothèse qui a été formulée plu-
sieurs fois devant moi, hypothèse selon laquelle la relique enfermée
dans le tombeau d'Osiris était une relique frauduleuse mise par les
prêtres en général dans ce tombeau pour tromper les fidèles, assurer
leur concours, et en retirer le plus de biens possible : je regarde cette
manière de voir comme antiscientifique et voici pourquoi. Que les
prêtres égyptiens aient usé de moyens analogues en d'autres circon-
stances, c'est ce que je sais parfaitement, et je connais comme tout le
monde la stèle de la princesse de Bakhtan et celle de la famine, stèles
de la fin de FEmpire égyptien : ce sont là des exemples qui enseignent
d'eux-mêmes les conditions dans lesquelles ils sont possibles; mais que
très anciennement, avant même l'ouverture de la période historique,
alors que la religion n'existait encore qu'en germe, que le sacerdoce
comme corps n'était pas constitué, qu'il n'y avait que des prêtres épars,
sans lien commun les unissant et surtout les subordonnant à un chef
unique, on ait fait la tentative désespérée dont j'ai énoncé l'hypothèse,,
c'est contre quoi proteste tout ce que nous savons des mœurs égyp-
tiennes et des croyances populaires pour ce qui regarde les coutumes
funéraires. Les idées religieuses mêmes sur lesquelles on se fonderait
pour établir une semblable hypothèse s'opposent à ce qu'on ait pu en
concevoir Fidée, car pour être admis à faire revivre le double du corps,
il fallait que ce corps fût intact, et il est de connaissance quasi-univer-
selle que les Égyptiens veillaient avec soin sur l'intégrité des corps
qu'ils descendaient dans la tombe.

Une semblable hypothèse vise tout d'abord la non réalité de la per-
sonne d'Osiris : j'avoue que je ne saurais être arrêté par une semblable
considération et que je crois volontiers à la réalité de celui qui devint
plus tard le dieu Osiris, juge suprême du genre humain dans les Enfers,
après avoir été le grand pacificateur sur terre selon la légende, l'Etre-
loading ...