Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: 154
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0174
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
m LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

Le reproche qu'on m'a fait d'être evhémériste ne saurait me toucher.
Pour avoir sur le point particulier qui m'occupe une opinion dans la-
quelle je me rencontre par hasard avec une conclusion ressortant des
prémisses du système d'Evhémère, je ne suis pas plus évhémériste,
c'est à-dire partisan de son système, que pour avoir traversé une forêt
déjà traversée ou qui le sera par une bande innombrable de malfaiteurs
passés, présents ou futurs, je ne suis moi-même un malfaiteur. Qu'y-a-
t-il d'incroyable à ce que jadis un homme ait existé qui s'appelait Osi-
ris; à ce que cet homme, par des moyens primitifs et champêtres, ait
rendu la vie des hommes plus agréable en la charmant par des moyens
aussi simples qu'abordables, qu'il ait étendu la possession des petits
progrès inventés par lui à toute la vallée habitée du Nil, — car c'est là ce
que veut dire l'expression de terre entière si souvent employée dans les
textes égyptiens comme dans la légende grecque, — qu'il ait été tué par
un de ses frères et que sa sœur devenue sa femme se soit chargée de le
venger? Il y a eu de semblables cas par milliers dans l'histoire des
hommes : il y en a des milliers encore de nos jours, pour d'autres mo-
tifs, car les motifs changent et les hommes restent les mêmes. Ce qui
est complètement hors de toute croyance, c'est qu'Isis ait pu avoir com-
merce avec son époux après la mort de celui-ci, et engendrer. Mais ce
détail que nous trouvons exprimé par l'art et par les textes égyptiens
aussi bien que parla légende grecque est précisément l'un de ceux que
la postérité aura voulu ajouter, estimant ne pas trouver assez de surna-
turel dans ce que l'on racontait, que cette postérité ait attendu deux ou
trois cents ans, deux ou trois mille ans, ou qu'elle se soit contentée seu-
lement de deux, trois, cinq ou dix ans. Si l'on enlève ce détail et quel-
ques autres, le fond de la légende demeure parfaitement vraisemblable,
et l'on a raconté des choses semblables de personnages parfaitement
historiques. Mais ily a plus : la légende grecque notamment nous a fait
connaître des détails précis sur les circonstances qui accompagnèrent et
suivirent l'enterrement d'Osiris , elle nous a appris qu'Isis avait déchiré
ses vêtements et coupé ses cheveux en l'honneur de son mari, que les
grands personnages de l'Egypte s'étaient fait enterrer à côté du tombeau
qu'on lui avait élevé en Abydos ; d'un autre côté, les représentations
loading ...