Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: 156
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0176
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
156 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

que ce soit d'approchant, même de très loin, à l'énorme quantité
d'offrandes apportées au tombeau d'Osiris. Dans le tombeau que j'ai
ouvert la seconde année de mes fouilles, il y avait un énorme amas de
provisions et à peu près trois mille vases en pierre dure1 : tout cela
n'était pas à comparer avec les offrandes apportées sur le tombeau d'Osi-
ris. Il est vrai que le culte d'Osiris dura pendant toute l'histoire de
l'Egypte, tandis que les approvisionnements apportés au tombeau que
je considère toujours comme celui de Set et de Horus cessèrent quel-
ques générations après leur mort; mais on a trouvé le culte du pharaon
Khéops existant encore sous les Ptolémées, et nous avons ainsi un terme
de comparaison, il est vrai, inégal, avec le temps que dura le culte
d'Osiris mort en son tombeau : nulle part nous ne voyons quelque chose
de semblable; le culte de Khéops était confié à un prêtre, peut-être à des
prêtres, celui d'Osiris était général à toute l'Egypte. Or, maintenant, que
l'on examine de près les coutumes générales ou locales en Egypte à pro-
pos des funérailles ou du culte des morts, et qu'on dise si l'on a jamais
vu un seul exemple d'apport d'objets de toutes sortes, de céréales, d'eau,
de poteries, de vases en pierre dure, d'or et d'argent à un tombeau pure-
ment votif, qu'on recherche même s'il y a eu un exemple, un seul d'un
tombeau purement votif en Egypte. Pour ma part, je n'en connais pas,
surtout à une antiquité aussi haute que celle qui nous est révélée par
l'examen des inscriptions et des objets trouvés dans les tombes envi-
ronnant le tombeau d'Osiris, tombes nécessairement postérieures.
Quelles qu'aient été les défaillances de la population égyptienne sur bien
des points, il y a cependant une chose à laquelle elle n'a jamais défailli,
c'est dans le culte de ses morts, et il n'y a pas un seul exemple en
Egypte d'une supercherie votive ou simplement de construction d<~
tombeau votif. D'ailleurs, j'ai déjà répondu à cette dernière objection \
Mais, me dira-t-on et m'a-t-on déjà dit, Amon, Petah, Râ et les dieux
innombrables de l'Egypte, qu'en pensez-vous? Ils ont donc réellement
existé comme Osiris? Je me contenterai de répondre pour le moment :

1. E. Amélineau : Les nouvelles fouilles d'Abydos, 1896-1897, chap. vi et vu, etc.

2. Id. : Le tombeau d'Osiris, p. 141-144.
loading ...