Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: 160
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0180
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
160 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

du Musée de Gizeh qui, jusqu'alors, ne voulaient accepter que des
objets complets, sinon intacts. Je fis rassembler cependant toutes les
pierres qui provenaient de ce monument, afin de voir si l'on pourrait
en tirer parti de manière ou d'autre : n'ayant pu reconnaître un seul
lien qui en unît seulement deux, je les ai laissés à l'angle sud-est du
tombeau. Tout ce que je pus découvrir de ce monument, c'est que
vraisemblablement c'était un sarcophage et que les pierres gravées
avaient dû en former le couvercle, encore n'est-ce qu'une simple hypo-
thèse de ma part.

Le mur sud était des trois murs élevés par les spoliateurs le plus con-
sidérable et le plus hétérogène : les pierres provenant de la montagne
ou des débris de monuments ne formaient qu'une très petite partie des
matériaux : il y avait surtout des pots en quantité considérable. La butte
qui formait une sorte de cuvette en cet endroit, car le sable s'y était plus
affaissé qu'ailleurs en raison de sa plus grande quantité, avait cepen-
dant jusqu'au sol du tombeau une hauteur qui n'était pas inférieure à
6 ou 7 mètres : il y avait parmi de 4 à 5 mètres de poteries entassées les
unes sur les autres dans un certain ordre et d'une certaine manière afin
de prévenir l'envahissement du sable pendant les travaux nécessaires.
Elles avaient été calées avec du sable et, le temps aidant, le tout était
devenu si solide qu'il fallait employer la hache pour en venir à bout. A
peu près à la hauteur du tombeau, ces poteries cessaient tout à coup pour
faire place aux pierres que j'ai dites. Gela montre que les travaux des
spoliateurs avaient duré longtemps et avaient été aussi minutieux que
possible; aussi ne fus-je point étonné de trouver ces murs après avoir
vu que le tombeau central ne contenait absolument rien des objets qu'on
avait dû y déposer.

Les fouilles préliminaires du grand tombeau durèrent huit jours du
25 au 2 janvier : pendant chacun de ces jours on trouva dans les dé-
combres certains objets que je vais énumérer dans l'ordre que j'ai suivi
pour les fouilles du haut, c'est-à-dire que je cataloguerai jour par jour
les objets trouvés.

La première journée on ne trouva autre chose que les murs et j'ai
déjà rendu compte de ce premier jour,
loading ...