Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: 184
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0204
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
184 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

chets jetés à gauche du crible, comme on le fait toujours, et cela sur
toute la largeur du tombeau. 11 était donc complètement inutile de con-
server au fond du cœur l'espoir de rencontrer quelque objet de valeur,
à moins que par sa masse et sa solidité il n'eût défié les spoliateurs. L'in-
cendie allumé avait laissé des traces sur presque tous les objets que
renfermait cette cour, et je trouvai à peu près tous ces objets amoncelés
en un seul endroit. D'où je conclus que l'incendie allumé dans la cour
avait encore été plus intense que ceux allumés dans les diverses
chambres dutombeau. On trouva un grand nombre d'objets, et ce nombre
ne devait rien être en comparaison de ceux qui ont disparu, le prix sur-
tout en devait avoir été négligeable en face des objets de valeur qui
furent enlevés, car ce n'est pas pour rien qu'on se livre à la criblure
des cendres. On pourrait m'objecter que les spoliateurs coptes ne de-
vaient pas attacher grande importance aux objets déposés dans le tom-
beau d'Osiris, et surtout qu'ils en devaient avoir horreur comme étant
des objets idolâtriques ; je répondrai que sans doute c'était bien là l'idée
des spoliateurs avant la spoliation, mais qu'après avoir vu les objets
précieux renfermés dans le tombeau, après avoir mis le feu à ces objets,
ils durent considérer que le feu avait tout purifié, car alors pourquoi
auraient-ils fait passer les cendres au crible? Ils n'avaient nul souci des
objets en ivoire, des vases en pierre, des objets en métal, puisque j'en
ai trouvé en abondance; mais, sauf un poignard votif en argent, je n'ai
pas trouvé trace d'or et d'argent dans le tombeau d'Osiris, alors que
j'en avais trouvé une quantité non négligeable dans les fouilles de la
première et de la seconde année. Je peux donc conclure que les spo-
liateurs, tout en agissant pour sauvegarder les intérêts de Dieu, prirent
grand soin de sauvegarder les leurs.

Voici la liste aussi complète que possible des objets qui furent ren-
contrés dans cette cour :

1° Deux bouchons en terre en forme de calotte sphérique;

2° Un vase de forme très élégante en belle poterie, mais il avait été
calciné par l'incendie, ce qui fait qu'il s'est brisé entre les mains de
l'ouvrier qui l'avait recueilli;

a0 Un fragment d'outil en bois d'ébène, avec un petit cercle au milieu ;
loading ...