Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: 197
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0217
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 197

monument que possède le musée de Gizeh et que je l'ai découvert1.

La grande cour contenait encore une autre particularité intéressante.
De l'angle nord-ouest de cette cour à l'angle nord-est, c'est-à-dire
jusqu'au mur ouest de la chambre i?, il y avait une grande rainure, si je
puis m'exprimer de la sorte, disposée dans le sol pour recevoir du bois,
je veux dire un objet en bois, car tout le fond de cette rainure était
pavé en bois. Elle avait une largeur de 0m,92, sur une hauteur de 0m,10
et la longueur de 8m,47, c'est-à-dire la longueur de la cour de ce côté.
Que le bois se fût élevé jadis au dessus de la rainure creusée dans la
terre, c'est ce qu'il était facile de voir, car non seulement le fond était
recouvert de bois, mais de plus sur les côtés, on voyait de petits clous
en cuivre qui avaient dû servir d'attaches, comme c'était le cas à cette
époque. A la hauteur du sol tout avait été conservé, et dans la rainure
tout avait été réduit en charbon de bois. Il y avait donc là une chose
remarquable. Que pouvait-ce bien être? Je crois que c'était là le re-
posoir dans lequel on conservait le crâne d'Osiris. Dans les bas-reliefs
qui décorent le mur ouest de la première chambre annexe d'Osiris, on
voit à plusieurs reprises une grande châsse en bois à laquelle on rend
hommage : on dit d'ordinaire que c'est l'arbre ébranché symbole
d'Osiris dans sa forme mendésiaque, mais cette explication est l'une de
ces explications faciles faites pour contenter et arrêter les recherches
des gens qui veulent en savoir plus long, elle donne une apparente
satisfaction et arrête net les questions embarrassantes. La preuve qu'il
s'agit ici d'autre chose, c'est que le haut de cet arbre ébranché est
couvert d'une étoffe représentant la déesse Hathor : c'est ainsi qu'on
décore toujours dans nos églises catholiques le tabernacle, de bois le
plus souvent, où Ton conserve le symbole eucharistique. Je crois donc
que c'est la représentation de la châsse dans laquelle on conservait la
relique locale d'Osiris et qui servait dans les cérémonies du culte.
Cette châsse est représentée fort souvent sur les stèles des simples
particuliers enterrés dans la nécropole d'Abydos, elle est toujours

1. Le musée de Gizeh ayant été transféré au Caire, j'ignore actuellement dans quelle
partie du Musée on a déposé le lit d'Osiris.
loading ...