Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: 220
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0240
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
222 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

petite chaudière, c'est que j'ai cru d'abord lorsque j'écrivais mon
premier volume1 et que je croyais encore que c'était réellement une
petite chaudière votive ; depuis j'ai réfléchi et je crois maintenant que
ce pourrait bien être la pomme d'une canne recouverte de cuivre. A la
vérité les chaudières en métal, actuellement en usage dans les villages
d'Abydos, ont encore cette même forme, mais il est plus naturel et plus
vraisemblable que l'objet dont il s'agit ici et les objets semblables
aient été une partie de ces cannes, de ces bâtons d'honneur qui ont été
en si long usage en Egypte et qui, comme la canne du roi Thoutmès,
ont joué leur rôle dans la littérature amusante de la vallée du Nil ;

2° Huit grattoirs en silex ;

3° Un vase intact en granit, très petit ;

4° Un vase cylindrique en métal en cuivre, ou mieux l'extrémité d'un
bâton. Il est représenté pl. XXVI, numéro 12 ;

5* Huit fragments d'un vase très fin en pierre schisteuse ardoisière ;
6° Un petit fragment de vase en pierre veinée ;
7° Douze fragments de bois, ouvragés et décorés ;
8° Des silex brûlés ;

9° Des fragments de vases cylindriques en onyx;
10° Un fragment de grand bol en bel onyx ;
11° Un fragment de vase en porphyre ;
12° Un fragment de poterie avec une marque ;
13° Des restes d'étoffe en quantité ;

14° Des perles en verroterie, en cornaline et en terre émaillée ;
15° Des restes de laine roussie ;

16° Une caisse en bois de cèdre réduite en charbon, adhérente aux
murs ouest, est et nord, sauf une légère distance de 0m,02, éloignée du
mur sud d'environ 0m,40. Elle mesurait lm,82 de long, sur 0m,89 de
largeur intérieure, le bois étant épais de 0m,03. Elle ne contenait aucun
ossement et montre que ce tombeau avait été incendié, mais assez
légèrement, puisque les murs n'en portaient pas de trace.

1. E. Amélineau : Nouvelles fouilles d'Abydos, 1895-1896, p. 217 et pl. IX, bas.
loading ...