Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: 274
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0294
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
274

LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

I. OSTRACA. AVEC INSCRIPTION COMPLÈTE.

Un assez grand nombre des ostraca publiés dans ce volume, aux
planches XLI et XLII ne m'ont apporté aucun renseignement à cause
de leur état fragmentaire : on n'y peut en effet que lire à grand'peine
quelques mots qui ne présentent actuellement aucun sens suivi; ils
sont au nombre de 41. Je les ai publiés cependant comme s'ils eussent
été en bon état parce qu'il peut très bien se faire que quelqu'un de mes
confrères en puisse tirer parti d'une manière ou d'une autre, ce que je
n'ai pu faire.

Dans les ostraca qui précèdent ceux publiés dans les planches précé-
dentes et qui sont épars dans diverses planches de ce volume, quelques-
uns ont aussi défié tous mes efforts pour en tirer quelque parti que ce
soit; mais les autres m'ont fourni un certain nombre de renseignements
que je vais faire passer sous les yeux de mes lecteurs.

Ces renseignements se peuvent grouper sous sept chefs principaux ;
ils nous apprennent : 1° que les vases dont ces ostraca faisaient partie
contenaient des offrandes apportées au mort illustre qu'on voulait ainsi
honorer; 2° que ces offrandes formaient un acte de culte assez remar-
quable pour qu'on prît soin de mettre la date de leur oblation; 3° que
ce culte fut exercé sous les règnes d'un certain nombre de Pharaons
dont les noms sont donnés; 4° que ces offrandes rituelles consistaient
notamment en vin; 5° qu'elles étaient offertes par des gens ayant qualité
pour les offrir, des prêtres haut placés dans la hiérarchie sacerdotale;
6° qu'on les offrait en un lieu qui est spécialement désigné comme se
trouvant en telle situation géographique bien déterminée, et 7° que ce
lieu s'appelait la maison d'Osiris.

1° Que les vases dont faisaient partie les ostraca dont il s'agit présen-
tement aient été portés à Om el-Ga'ab comme une offrande faite au per-
sonnage illustre qui reposait dans cette nécropole, c'est ce qui est indu-
bitable, car c'est dit en propres termes dans trois de ces ostraca. Tous
les trois en effet commencent par le mot spécifique employé dans ce cas

JL D , à savoir les numéros 4 de la planche XLI, 24 et 25 de la planche
loading ...