Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: 283
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0303
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 283

mêmes planches. Le vin offert n'était pas seulement de ^ U
□7=]

car nous retrouvons ici cette orthographe sur le numéro 7
de la planche XXVIII : mais il semble y avoir eu une autre espèce de vin
mentionnée au numéro 4 de la planche XL et 1 de la planche XXXVI11.
Quel est ce nouveau vin ? de quel pays était-il originaire ? comment
avait-il été apporté à Om el-Ga'ab ? c'est ce que je ne me charge pas de
dire : tout ce que je puis dire, c'est qu'il avait bel et bien été apporté au
tombeau d'Osiris. A côté du vin, on offrait encore ce que les textes appel-
lent ^ , dans le numéro de la planche XXXIX. Quelle est cette
offrande ? Tout d'abord, c'est une offrande liquide, car elle est déter-
minée par le petit vase servant à déterminer les liquides ; maintenant
est-ce une sorte de vin, est-ce de l'hydromel comme le voulait Henri
Brugsch, ou bien est-ce encore autre chose ? c'est ce que je ne puis dire.

Ce serait alors un culte rendu officiellement, non plus seulement par
les habitants d'Abydos, mais par le chef de l'Egypte entière. Une
mention semblable se trouve déjà dans le second des ostraca publiés
dans mon Tombeau d'Osiris1. Et nous pouvons regarder cette assertion
comme prouvée, si nous voulons nous rappeler que parmi les monu-
ments découverts la première année, il y avait un épervier offert sous le
règne d'Aménophis II par un certain Iouiou et que le roi Méneptah,
fils et successeur de Ramsès II, trouva telle^nent à son goût qu'il voulut
y faire graver ses cartouches de chaque côté*. Et c'est bien là un acte
de culte public en l'honneur d'Osiris, de culte officiel et ce Pharaon, en
agissant ainsi, n'agissait pas en homme privé, mais en souverain incon-
contesté de l'Egypte.

Enfin, le vase numéro 1 de la planche XXXIX contient, je crois, la men-
tion du tombeau d'Osiris : malheureusement le passage de l'inscription
a été tellement usé par le frottement et aussi par le blanchiment au lait
de chaux qu'on ne peut en être tout à fait certain. Je lis en effet :

1. E. Amélineau, Tombeau d'Osiris, p. 170 et pl. V.

2. E. Amélineau : Les nouvelles fouilles cVAbydos, 18.95-1896, compte-rendu in extensof
Tombeau d'Osiris, p. 47.
loading ...