Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: 285
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0305
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 285

en effet de suite penser à ces vases anciens dit globulaires, mais ils sont
plus hauts que le modèle, ont une assiette moins large et plus sphérique,
puisqu'ils ne peuvent pas se tenir debout. Leur hauteur est d'environ
0m,40, exactement pour l'un d'eux dont la mesure a servi de type général,
0m,395. La panse s'élève et s'arrondit normalement, sans heurt ni à-coup,
et rendue à son point extrême elle s'infléchit légèrement en montant
vers le col du vase qui est à peine indiqué et qui est surmonté d'un
rebord large d'environ 0m,04. Du sommet de la panse descendent deux
oreilles verticales, longues d'environ 0m,05, qui sont la marque distinc-
tive de ces vases.

Ces vases se divisent naturellement en deux catégories : l'une qui
comprend les vases avec scène et inscription ; l'autre qui comprend des
vases n'ayant qu'une grande inscription. Les premiers sont au nombre
de neuf, plus un fragment; les seconds sont seulement au nombre de
deux, plus un fragment.

Le premier des neuf vases contient une scène représentant Osiris
momifié dans sa partie supérieure, ayant la touffe de fleurs, ou peut-être
de bandelettes, en haut de son dos, coiffé de la couronne blanche, la
barbe postiche au menton, les genoux à la hauteur de la poitrine et sur
ses genoux la plume d'autruche, symbole de la vérité. A droite de la
scène, est un prêtre, un genou à terre, l'autre replié, les deux mains en
avant dans la posture de l'adoration. Entre les deux personnages on lit
deux lignes verticales d'hiéroglyphes que je transcris horizontalement ;

elles disent :

L'oblateur était donc divin d'Osiris et en même temps scribe : sa
fonction comme scribe ne peut'pas ,être déterminée avec certitude par
suite de la mauvaise facture du signe qui en donnait le nom : il se nom-
mait Ouonnofer, et dans sa prière, il demandait à Osiris de lui donner
une bonne vie de vérité, c'est-à-dire véritable. C'est le numéro 6 de la
planche XXXVI.

Le second vase représentait également Osiris, à gauche de la scène,
exactement dans la même position que dans la scène du vase précé-
dent, mais au lieu d'une plume d'autruche il a sur les genoux une croix
loading ...