Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: 297
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0317
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 297

rien qui motive les sourires dédaigneux et les plaisanteries faciles.
Quand on connaît l'Egypte ancienne, ses coutumes et ses mœurs reli-
gieuses, on ne s'arrête pas un seul moment à la vraisemblance de l'idée
que les prêtres dans un but de lucre auraient pu mettre dans cette
châsse la relique en question. Mais, entends je dire, il y a des exemples
célèbres : la stèle de Bentresh et la stèle non moins célèbre des sept an-
nées de famine nous montrent une conduite analogue de la part des
prêtres. Je connais ces exemples tout comme mes confrères ; mais je
leur ferai observer que ces exemples datent d'une époque très rappro-
chée de nous, de la XXIIIe ou XXIVe dynastie et des temps ptolémaïques.
Tout autre est la donnée du problème pour ce qui regarde Osiris, carie
culte d'Osiris étaitélabli dès le plus ancien empire égyptien, à une époque
où le sacerdoce égyptien n'était pas même constitué et où l'idée de Dieu
n'avait pas encore fait de grands progrès. Par conséquent l'objection
que l'on puiserait dans les deux exemples cités se retournerait contre
l'auteur.

D'autres gens ont craint que la croyance en la réalité d'Osiris ne les
ramenât en arrière de seize ou dix-sept siècles : ils se sont montrés scan-
dalisés de ce que je voulais les ramener au temps d'Evhémère et sur-
tout au temps des Pères de l'Église. J'ai déjà fait observer, dans mon
Tombeau d'Osiris, qu'Evhémère n'avait rien à voir avec la croyance à la
réalité d'Osiris: à mon avis il s'est trompé tout autant, en voulant ramener
la genèse de la religion à sa théorie, que se trompent ceux qui veulent
que les idées religieuses viennent toutes des phénomènes sidéraux ou
telluriques. C'est erreur égale des deux côtés: les croyants en la théo-
rie philosophique des phénomènes astronomiques n'ont donc rien à en-
vier à Evhémère. Si la théorie d'Evhémère se trouve appropriée à l'exis-
tence d'Osiris, c'est une simple coïncidence. Si les Pères de l'Eglise
ont adopté la théorie evhémériste, c'est qu'elle leur offrait un argu-
ment approprié à leurs polémiques par certains côtés ; il est certain
qu'à part le passage où il est parlé de la Rouah qui étendait ses ailes sur
l'abîme pour le couver et un autre à peu près semblable, la Bible
n'offre aucun passage où Jéhovah soit dit avoir eu des rapports sexuels
avec une divinité féminine ; mais à part cela, le Dieu des Juif s, ressemble

38
loading ...